Cronico Ristretto : Pulsions graphiques - Jean-Marie Donat (2018)

Paru le 26 octobre dernier aux éditions Cernunnos, Pulsions graphiques, sous-titré Le meilleur du pire d'Elvifrance, est un ouvrage indispensable pour tout amateur de déviances dites graphiques. Maison d'édition culte qui publia entre 1970 et 1992 des milliers de bandes-dessinées érotiques, au format de poche et bon marché, traduites et importées d'Italie, Elvifrance a fourni à un public avide de mauvaises pulsions « du plaisir pour toutes les bourses ». Vampire lubrique, binoclard priapique, bidasses obsédés, extra-terrestres érotomanes, nymphomanes et autres savants fous, Elvifrance fut de toutes les luttes libidineuses. Lucifera, Goldboy, Karzan, Jacula, Sam Bot, Maghella, Shatane, Zara la vampire, Wallestein, Jungla la « vierge africaine », etc., tels étaient les noms de ces personnages transgressifs et héroïnes infernales qui se dressèrent contre la bienpensance et le bon goût à grand renfort de sexe, de violence et de rire gras.

Collectionneur de photos, auteur du recueil, Affreux Noël, ou collaborateur de l'anthologie Catch : l'âge d'or, 1920-1975 signé Christian-Louis Eclimont, Jean-Marie Donat a nourri ce projet depuis une dizaine d'années avant de pouvoir, enfin, mettre en œuvre le premier livre hommage à cette illustre société. Avec le soutien de Christophe Bier, le maître y signe une préface critique de 80 pages, narrant la saga de la maison d'édition et la figure tutélaire de Georges Bielec, des premiers succès aux premières publications interdites [1], des années dorées 70's à l'essoufflement 80's, jusqu'au dépôt de bilan en 1992. Riche d'une sélection de plus de 400 couvertures et pages intérieures, Pulsions graphiques dressent un catalogue quasi-exhaustif des fantasmes mâles les plus débridés et licencieux : tortures, nécrophilie, fétichismes et sadomasochisme ; Elvifrance défiait crânement les convenances.

Aux nostalgiques et nouveaux amateurs d'apprécier ces couvertures, présentées par thème en recto et verso, du Monstre marin à Gary Super Mâle et leurs clones d'Ornella Muti, de Goldboy et son héros sosie de Jean-Paul Belmondo à La déesse de la douleur de la série Incube évoquant le portrait de Debbie Harry par H.R. Giger, des exploits érotico-sportifs de Tirs aux putes aux adaptations des classiques Tristan et Iseult et autres Othello, signées Leone Frollo, Birago Balzano, Roberto Raviola dit Magnus, père de Satanik, Dino Leonetti, Stelio Fenzo, Milo Manara, etc.

Une œuvre de salubrité lubrique.

___________________________________________________________________________________________________

[1] Elvifrance compta pas moins de, en vingt-deux ans d'activité, 176 titres interdits d'exposition et 36 titres interdits de toute publicité. 

1 commentaire:

  1. La couverture du milieu avec le lapin est extraordinaire ! Il faut quand même avoir un sacré talent pour réussir à dessiner un lapin pervers :P

    RépondreSupprimer