Live report : Radio Moscow • Black Bombaim • Black Willows au Glazart - 4 juin 2014

Découvert en 2010 lors de la sortie de leur formidable Saturdays and Space Travels, le trio lusitanien Black Bombaim a fait escale à Paris mercredi dernier accompagné des suisses Black Willows, et en première partie ce soir là à la tournée européenne des étasuniens Radio Moscow. Une affiche sous le signe du psychédélisme au Glazart, qui aura prouvé une fois encore que l'acid rock sous toutes ses formes a encore de beaux restes en 2014.

Venus de Lausanne, les trois musiciens de Black Willows ouvrirent le bal stoner à grand renfort de riffs plombés et d'atmosphères planantes. Le trio présent offrit une prestation marquante d'une quarantaine de minutes, et cela en dépit de l'absence de leur second guitariste Mélanie Renaud. Formation à suivre depuis la sortie de leur album Haze l'année dernière, la musique des suisses évoque autant les envolées méditatives des premiers Om que les instrumentaux kyussiens de Colour Haze.

 
Mister Aleister Crowley

Leur album Haze en écoute :


Damned ! Le préposé avait raté la venue du trio portugais en soutien à leur album de 2010, apprenant le soir même leur concert parisien. Prévenu cette fois-ci à l'avance, il pouvait enfin voir de visu ce qu'allait donner en chair et en os la musique de Black Bombaim : un magma sonore à la fois heavy et groovy. Mené par un guitariste aussi effacé qu'efficace, les trois musiciens auront asséné un show qui aurait gagné à s'étoffer davantage s'ils n'avaient pas dû céder leur place à la tête d'affiche Radio Moscow. Trois quart d'heure plus tard, Black Bombaim confirme le bien fondé de leur psychédélisme tellurique. 

 
Senra (batterie) et Ricardo (guitare)


Leur dernier album Far Out sorti en mai dernier en écoute :


En attendant leur album Magic Dirt qui devrait sortir prochainement, le dernier trio de la soirée prenait place sur la scène du Glazart. Version ramassée et hallucinogène des Allman Brothers, Parker Griggs et consorts jouèrent devant un jeune public conquis d'avance. D'une playlist piochant allègrement des premiers albums au prochain prévu dans les bacs pour le 17 juin, les trois musiciens au look purement seventies (avec patte d'eph en sus) déroulèrent un show précis et carré. Quant à la raison au nombre non négligeable de hipsters présents dans la salle, le préposé planche encore... 

 
Parker Griggs

Aucun commentaire:

Publier un commentaire