Chuck RIP

En ce début de semaine, j’entame une spéciale « à nos chers disparus ».

Et désormais, comme lundi ne rime plus avec ravioli mais plutôt « viens par ici que j’t’explose les tympans à coup de tisonnier ! », nous allons nous recueillir sur la dépouille de Chuck Schuldiner. Alors vous allez me dire mais qui c’est ce type ? Bon premièrement ça commence mal, il porte le même nom qu’un acteur (?!) connu pour ses rôles mémorables de Bradock et autre Walker. Mais il ne faut pas s’arrêter à cela, en tout cas, pas encore. Le dit monsieur est simplement le géniteur d’un groupe Death et d’un genre musical apprécié par la ménagère de moins de 50 ans à savoir le death metal. En lisant ça, je me doute déjà que le peu de personne qui lise ces lignes, la grand majorité, ce sont déjà barrée, mais ce serait dommage.

Bon je ferais pas l’historique complet du genre, mais pour faire simple c’est dans la continuité de ce qui faisait au début des années 80 avec les ménestrels Slayer, à savoir plus vite, plus lourd, plus agressif. Après des débuts primaires, le style c’est étoffé, devenant plus technique, plus mélodique s’ouvrant même à d’autres styles musicaux.
Dans le cas qui nous intéresse, Schuldiner (car Death était son projet, et autour se greffait des musiciens) a toujours cherché à faire évoluer ce style, en particulier quelque chose de plus progressif tout en voulant garder un aspect émotionnel intact (pour les p’tits malins, je rappelle que la colère est une émotion…).

En 1991 sort l’album Human considéré comme son meilleur avec la fine fleur du techno-death, à savoir les musiciens de Cynic. On navigue entre violence maîtrisée et rigueur instrumentale (par moment on frôle le démonstratif, je l’admet…). Je voulais pour commencer proposer un instrumental, histoire de se familiariser avec le style, me disant que pour les vocaux particuliers on attendrait un peu. Mais, vu que le jugement de cette musique est déjà fait, pourquoi y mettre des gants. Donc le morceau proposé commence comme du prog, et après …

Pour finir sur une note gaie, Chuck est mort en 2001 des suites d’une tumeur au cerveau.

Death - Lack Of Comprehension

Aucun commentaire:

Publier un commentaire