Coltrane, A Love Supreme: Paolo Parisi (2010)

En préambule et à l'attention des amateurs de l'album Blue Train de John Coltrane, ne pas trop se fier à la couverture de cette bande dessinée éditée en France par Sarbacane en septembre dernier. Le visage de Trane et en particulier son regard vide pouvant être source d'interrogation et de doutes quant au contenu de cette BD initialement paru en Italie en mars 2009, pourtant...

L'auteur transalpin Paolo Parisi propose en quatre chapitres, ceux même qui composent le chef d'œuvre de 1964 A Love Supreme (Acknowledgement, Resolution, Pursuance et Psalm), de retracer de manière non linéaire la vie du saxophoniste américain de ses débuts et sa rencontre avec un célèbre trompettiste... Dizzy Gillespie jusqu'à sa mort à l'âge de 41 ans des suites d'un cancer du foie en 1967.

Inspiré en grande partie par le livre John Coltrane: His Life and Music de Lewis Porter paru en 1998
, Parisi s'attache ainsi à montrer au cours d'une centaine de pages les différents traits qui caractérisent le mieux la riche personnalité de Trane telle sa recherche perpétuelle du SOUND. Une biographie où les grands traits de sa vie sont donc évoqués, des rapports privilégiés qu'il eut avec Eric Dolphy et l'émulation qui en découla, ou Miles Davis avec en point de mire l'enregistrement du divin Kind of Blue, de son passage chez Monk et de l'empreinte libératrice qu'elle initia chez lui, ou sa rencontre avec ses deux sidemen et compagnons de route de son fameux quartette, le pianiste McCoy Tyner et le batteur Elvin Jones.

Une biographie qu'on pourra taxer d'incomplète, où l'enfance en Caroline du Nord pourrait paraitre bien succincte... en oubliant un peu trop vite qu'il ne s'agit "seulement" que d'une bande dessinée destinée à souligner quelques moments clefs de l'auteur de Giant Steps. Mais une biographie qui évite faut-il le signaler le défaut récurent à ce genre d'initiative: l'hagiographie (1). Les zones d'ombre telle son héroïnomanie qui lui valut d'être viré manu militari par son leader (et ancien junkie) Miles Davis ou sa séparation avec sa première femme Naïma ne sont aucunement éludées, des épisodes mettant en relief sinon les faiblesses de Trane en tout cas d'autres pans de son humanité en dehors de sa timidité et de sa générosité.

Comme souvent lorsqu'il s'agit d'un média visuel, on aurait aimé que l'auteur se focalise davantage sur un épisode précis du personnage, l'impression de patchwork biographique pouvant par moment craindre la superficialité du propos, le lecteur "sautant" via des ellipses d'un incontournable de la vie de Trane à un autre épisode... réticence cela dit globalement mineure, la bande dessinée (contrairement au cinéma?) pouvant se permettre ce genre de procédé saccadé sans risquer d'amoindrir son sujet totalement, Parisini ayant de plus fait le choix judicieux de ne pas suivre chronologiquement l'histoire.

Une BD idéale pour les néophytes qui voudrait découvrir l'homme et l'artiste, et pour les initiés une manière agréable de relire les chapitres marquants d'un des musiciens de jazz les plus influents du XXème siècle (2).

Plusieurs planches sont disponibles sur le site internet de l'auteur: ICI.

____________________________________________________________________________________________________

(1) Cf le film de Clint Eastwood sur la vie de Charlie Parker, Bird. L'amour du cinéaste et en dépit de la performance de Forest Whitaker avait rendu le film beaucoup trop tendre, gommant les aspects les moins reluisants du saxophoniste alto, à le faire passer pour un bon gros nounours...

(2) Seul bémol, la quête spirituelle de Coltrane aurait gagné à être plus mise en avant, celle-ci jouant une part très importante voire indissociable des dernières années du jazzman.

16 commentaires:

  1. Bon ta critique m'a définitivement convaincu, je vais me le chopper.

    RépondreSupprimer
  2. @ Benjamin F: quant au style, n'étant pas un grand spécialiste de la BD non plus, ça m'a rappelé un peu celui de Charles Berberian dans son excellente BD parue en 2004 Playlist

    RépondreSupprimer
  3. ça fait envie ça je pourrai me culturer un peu

    RépondreSupprimer
  4. bon ben c'est noté !
    (suis tjrs pas rentré dans A Love Supreme, j'espère que çà va aider...

    RépondreSupprimer
  5. @ La Buze: c'est jamais évident de découvrir un monument de la musique, qui plus est lorsqu'on connait à peine cette musique, enfin si c'est ton cas.
    Je me souviens avoir eu pas mal de difficulté à rentrer dans Kind of Blue à l'époque de sa découverte, ça peut prêter à sourire maintenant, mais la grammaire jazz étant si différente, il faut un certain temps d'adaptation... ce que de nombreux rock addicts ne sont pas disposer à faire, dommage pour eux.

    RépondreSupprimer
  6. Ca a l'air sympa, comme concept! Bon, j'aime pas trop le dessin, par contre... :-/

    SysT

    RépondreSupprimer
  7. J'en suis donc à l'étape Kind of Blue (c'était quand ta découverte du disque histoire de me rassurer (ou pas) ?) que j'ai acheté il y a quelques temps aussi mais toujours pas trouvé la clé...
    Pourtant les Cookin' / Relaxing / ... des 2 pointures me parlent... mais çà n'a pas encore fait son chemin j'imagine...
    Bizarrement je trouve Mingus plus accessible (alors que ce doit être kifkif ?)

    RépondreSupprimer
  8. @ Syst: oui moi aussi j'ai quelques réticences quant au dessin, mais passé cette "déception", on la lit avec beaucoup de plaisir, disons que la couverture desservit quelque peu la BD je trouve...

    @ La Buze: La découverte de Kind of Blue commence à dater, bientôt dix ans ;-)
    Pour le reste, on a chacun nos préférences, et certains albums nous paraissent plus facile à s'immerger que d'autres.
    Mingus plus accessible que Miles... pas sûr en fait, un 'Round Midnight par Miles me semble bcp plus accrocheur, mais comme je disais plus haut, tout dépend de la sensibilité de chacun (par exemple, Mingus, j'aime, mais j'accroche moins, à partir de là...).
    Sinon pour Trane, si tu veux commencer "facile", il vaut mieux en effet suivre chronologiquement son évolution, commencer par Blue Train, les années Atlantic et enfin sa dernière période, Impulse.

    RépondreSupprimer
  9. et pour se réfugier en terrain agréable rien de tel qu'un Ascenseur pour l'Echafaud

    RépondreSupprimer
  10. Vraiment pas fan du dessin mais bel hommage quand même.

    RépondreSupprimer
  11. @ Anne: oui je vois que nous sommes nombreux à apprécier l'initiative mais déçus (à des degrés divers) par la forme.

    RépondreSupprimer
  12. C'est vrai que c'est dommage ça partait d'un bon geste.

    RépondreSupprimer
  13. @ Winch: c'est vrai que les BD sur le jazz ne sont pas nombreuses, ce qui me rend encore plus indulgent vis à vis des dessins, car il faut le rappeler, le fond est de très haute tenue. :-)

    RépondreSupprimer
  14. Hello.

    Tout d'abord j'aime ton blog : le ton, le style, le contenu, bref good blog !
    A propos de cette B.D. Je l'ai feuilleté ce week-end mais j'ai acheté 2 autres, 2 petits bijoux que je te recommande vivement : "ToXic" de Chatles Burns et "Château de sable" de Frederik Peeters. De ce que j'en ai lu, elle m'a l'air très réussie visuellement, bon trait, graphisme et l'histoire pleine de moments poétique.
    Étant très fan de Coltrane ("Giant Steps", "A love supreme", " First Meditation (For Quartet)"...) et encore plus de bande dessinée, je l'ai bien repéré.
    Après les B.D rock'n'roll, la B.D jazz.
    Il y en a une (B.D jazz) superbe : "Somewhere Else" (2007) de Pascal Jousselin où chaque histoire est titré d'un grand standard de jazz. J'en ai parlé ici si ça te dis : http://muziksetcultures.over-blog.fr/article-52494951.html

    En tout cas, bonne critique qui a finit de me décider.

    A + +

    RépondreSupprimer
  15. @ Francky 01: merci pour ces compliments, ils prouvent qu'il y a une place dans la blogosphère pour un blog au style aussi chargé que le mien :-P

    Je renouvelle mes remerciements pour la BD Somewhere Else (jeu de mots avec le classique Somethin' else de Cannonball Adderley?), je vais me renseigner :-)

    RépondreSupprimer