Godflesh [EP] (1988): Industrial metal - year zero

En attendant de clore une trilogie dédiée à certaines lectrices du blog (1), quittons le précédent rivage où la sensualité et l'élégance étaient de mise pour son opposé, tout du moins une musique qui s'en éloigne énormément: décharnée, répétitive, oppressante en un mot, extrême.

Birmingham, ville de contrastes musicaux. Cité originelle de Black Sabbath, de Duran Duran, Steel Pulse ou de Napalm Death. Prenez ces derniers. Soit une bande de gamins désœuvrés, sevrés à l'anarcho-punk qui vont sinon révolutionner le punk, en tout cas pousser le crust dans ses derniers retranchements: le grindcore. Parmi les nombreux musiciens qui graviteront autour de cette jeune formation durant les 80's, on pourra retenir trois noms: le guitariste Justin Broadrick, Nic Bullen (le co-fondateur de Napalm Death) et le batteur Mick Harris. Trois musiciens qui ont la particularité d'avoir débuté dans le premier groupe de grindcore et qui s'en détacheront pour aller former (paradoxalement?) les deux fers de lance du metal industriel britannique: Godflesh (Broadrick) et d'une moindre mesure Scorn (Harris & Bullen).

Ainsi après avoir rejoint Napalm Death à la demande de son ami Bullen, et d'avoir enregistré la première face du désormais historique Scum, soit l'acte fondateur du grindcore, Justin Broadrick quitte le groupe pour rejoindre Head of David en qualité de batteur. Broadrick ayant fait le tour pour sa part de ce punk extrême, cherche en effet à la fois à ralentir la cadence et à se rapprocher des précurseurs de la musique industrielle telle que Throbbing Gristle ou du noise-rock. Ce qu'il fit après l'arrêt d'Head of David en 1988, en reformant Fall of Because avec son membre fondateur, le bassiste G. C. Green, duo qui changera le nom du groupe pour s'appeler désormais Godflesh.

Godflesh ou l'hybride musicale faisant le pont entre la lourdeur du heavy metal et la violence, l'abstraction et l'approche minimaliste que l'on retrouve chez les Swans, Joy Division ou Killing Joke. A la différence de Ministry qui lui aussi fit parler de lui en 1988 avec son The Land of Rape and Honey pour lequel l'influence d'un Big Black (2) ou de l'EBM reste indéniable, le premier EP éponyme de Godflesh garde avant tout des racines hardcore, qu'on pourrait rattacher au mouvement sludge, mais soutenu par des boites à rythmes soulignant encore un peu plus l'aspect minimaliste et hypnotique de leur musique.

Originalement sorti sur le label Swordfish Records au format vinyle, Godflesh ressortit deux ans plus tard en CD après la signature du duo sur le label extrême britannique Earache Records en 1989 (3), cette fois-ci agrémenté de deux bonus: Wounds et Streetcleaner 2, deux relectures qu'on retrouve sur leur premier album Streetcleaner (1989). Pour reprendre ma référence géographique du début, à l'écoute de ce premier EP, on retrouve immédiatement le désœuvrement propre aux cités post-industrielles: un environnement maussade, oppressant, la bande sonore idéale pour habiller les friches industrielles d'Eraserhead de David Lynch. La production minimaliste propre aux enregistrements lo-fi permet ainsi une mise en abime idéale à ces ambiances angoissante à la violence larvée. Les vocaux écorchés de Broadrick, à la limite du primal, additionnés à des guitares distordues et une basse lourde, hypnotique finissent d'installer durablement cette bande originale comme un sommet de nihilisme avec en point de mire le maladif Avalanche master song, le martial Veins ou le menaçant Godhead. Contrairement au cas courant, surtout depuis que les albums réédités se voient agrémentés de bonus tous plus inutiles les uns que les autres, les deux titres rajoutés ne sont en aucun cas accessoires. Wounds, remix direct de Wound issu de Streetcleaner, étalé sur plus de 13 minutes, est à ce titre l'archétype du croisement réussi entre la déshumanisation et les rythmes répétitifs de l'industriel et la puissance du metal. Une relecture dont on n'en ressort pas indemne, un Sister Ray moderne (4). Quant à Streetcleaner 2, cette suite permet de mettre en lumière un point quelque peu négligé sur l'EP originel, le duo Broadrick/Green est aussi à l'aise avec les atmosphères torturées à la croisée de l'ambient et de l'industriel.

1988, Godflesh, une nouvelle révolution industrielle est en marche.


____________________________________________________________________________________________________
   (1) A l'intéressée, j'étais parti pour me lancer dans une dédicace, Sofa Song, quand j'ai omis que cette ritournelle était l'œuvre des sinistrement niais Kooks... mais à charge de revanche...

(2) Big Black, étant l'un des premiers groupes de Steve Albini, avec par exemple son album de 1986, Atomiser, de part ses rythmes martiaux, est un influence notable concernant le rock et metal industriel américain à venir, soit Ministry et Nine Inch Nails.

(3) Label où sont/étaient signés: Morbid Angel, Napalm Death, Entombed, Carcass, etc.

(4) Quoi de plus normal de la part du duo qui rendit hommage quelques années plus tard au Metal Machine Music de Lou Reed sur Pure II en 1992.

22 commentaires:

  1. Speed dit la midinette29/09/2009 21:40

    Là c'est du chinois pour moi :-S
    Mais j'étais prévenue ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Ca m'a l'air intéressant, mais je me demande si je ne suis pas un peu trop vieux....

    RépondreSupprimer
  3. J'étais complètement passé à coté de Goldflesh, je vais essayer de rattraper ça... Merci ! ;)

    RépondreSupprimer
  4. @ la midinette du 92: ah ça oui, je t'avais prévenu ;-)

    @ Xavier, grand manitou du David Bowie blog tour 2009: hum, je ne sais pas si y'a un âge limite pour découvrir Godflesh ou une quelconque musique "bruitiste", j'en veux pour preuve que j'ai dû attendre mes 31 ans automnes pour découvrir véritablement les japonais de Boris. Tout dépends de son appétit et de ses attentes ;-) Mais y'a pas d'âge pour apprécier le bruit blanc selon moi.

    @ Sycophante: Oui ça aurait été dommage de passer à côté, d'autant plus qu'il y a matière chez Godflesh, ces derniers ayant la bonne idée au cours de leur 14 ans d'existence de toujours aller de l'avant. Et puis contrairement aux ricains, Godflesh a l'originalité d'avoir une démarche moins rock, plus industrielle pourrait on dire, tout le contraire de Ministry par exemple qui est devenu de plus en plus metal au cours du temps.

    RépondreSupprimer
  5. Une chose est sure, tu maitrises aussi bien la musique industrielle que le funk ;-)

    RépondreSupprimer
  6. A vrai dire, je ne sais pas. Disons que je m'y intéresse mais il me reste encore bcp à connaitre, le sujet est vaste ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Ministry est surtout devenu de plus en plus insupportable avec le temps
    J'avoue que de parler de Godflesh en 2009 ça ne doit pas parler à bcp de monde, mais ça reste un groupe qui d'une part à fait bcp de choses différentes toutes ces années, enfin "des" choses différentes et qui avec K Joke et les Swans ont fait avancer le shmilblick musical dans un anonymat assez relatif mais de manière significative

    Et sinon c'est tjrs agréable de venir ici et de ne pas savoir de quoi tu vas bien pouvoir parler

    RépondreSupprimer
  8. merci cher Dragibus ;-)

    Pour Ministry, je sais t'es pas fan de leur tournure. Toujours est-il que lorsque Paul Barker faisait encore parti du groupe, le combo tenait bien sa barque, certes de plus en plus metal (encore que le dernier du duo "Animositisomina" est plus punk au niveau du son), mais il allait toujours de l'avant. Après, effectivement, Jourgensen tout seul... c'est autre chose ^^

    Parler de Godflesh en 2009? C'est un peu comme parler de Kyuss en 2009, on retient surtout Jesu (le nouveau projet de Broadrick) ou les QOTSA. Dans un sens c'est bien de voir qu'une certaine presse découvre Jesu (les Inrocks pour ne pas les citer), mais d'un autre côté, ça fait gentiment sourire... (et je parle même pas qd ils encensent le dernier Sunn O))) alors qu'il s'agit de leur plus faible album...) enfin (soyons naïf mes biens chères sœurs et frères) si ça peut permettre un nouvel éclairage sur l'œuvre de Godflesh...

    RépondreSupprimer
  9. Finalement, je me suis trop souvent ruiné en achetant des albums de Ministry, et quelle soit chcune des 3 périodes (proto ebm, indus "classique" et metalleuse), je n'ai jamais été scotché. j'en attendais sûrement trop :
    - il ne rivalisaient pas avec les grands de l'ebm à leurs débuts (Nitzer Ebb dans le genre quasi indus était plus franc du collier) et étaient à 1000 lieux de Godflesh (ce qu'ils essayent de pomper grossièrement progressivement au fil des albums)
    - ils sont vites dépasser par Laibach, NIN ou Scorn dans les 90's en terme d'exigences indus (je prend trois polarités)
    - dans le même temps, les RevCo de la grande époque (88-93) les explosent en terme de joie de vivre, paradoxe d'un side-project bien plus sincère (je ne parle pas de la résurgence des RC il y a 2-3 ans, métallo-chiante)
    - et le Ministry du milieu des 90's a vu passer le tgv du renouveau hardcore et du numetal en rêvant de sauter dedans.

    Ministry a finalement raté sa carrière.

    RépondreSupprimer
  10. Roooh je vous trouve dur Christ, serait-ce dû à la réouverture du bar du Grand Timonier d'over-bug?

    Personnellement on ne peut comparer véritablement le duo Jourgensen/Barker et les autres que tu cites, Ministry étant le plus metal (au cours de son évolution). D'un côté les anglais avaient une démarche plus mécanique, plus désincarnée, moins rock d'où une utilisation des guitares différentes.
    Tout comme la comparaison NIN/Ministry, elle tient difficilement, pas les mêmes influences, Ministry étant plus proche d'un Motörhead que de Bowie à la différence de Reznor.
    Pour la joie de vivre, j'ai pas l'impression que c'était inclus dans le cahier des charges de Ministry en fait? Comme hymne à la "Just One Fix", ça reste à voir.

    Maintenant, les albums de Ministry ont-ils bien vieilli? Les deux premiers efforts indus ont pris un coup de vieux au niveau prod, TLORAH est bancal et TMIATTTT trop terne. Après, les 3 autres des 90's ne sont en aucun cas raté, au contraire avec "Filth Pig" ou "TDSOTS" Ministry est allé là où on l'attendait pas, ils auraient pu faire un "Psalm 69" bis, ce qu'ils n'ont pas fait. Par contre le "a vu passer le tgv du renouveau hardcore et du nu-metal en rêvant de sauter dedans", mouais je reste plus que dubitatif là.

    Après, nous sommes entièrement d'accord, en suivant l'évolution d'un Godflesh, celle de Ministry est mineure, voire ratée... Mais Ministry est plus un groupe de metal usant de recette industrielle qu'un groupe indus usant de guitares, du coup Ministry est plus à ranger du côté de White Zombie ou Fear Factory en somme. Faut pas mélanger les torchons et les serviettes. :-D

    RépondreSupprimer
  11. Atteution : je ne comparais pas les styles mais les évolutions et la sincérité du positionnement. Ministry (bon, j'avoue, j'aime bien) a toujours été entre deux eaux et ça m'énerve. "Ministry est plus un groupe de metal usant de recette industrielle qu'un groupe indus usant de guitares" m'ouais, je ne les ai jamais accepté comme un groupe de metal parce qu'ils sont trop new wave à l'origine. Ce que The Cult a finalement mieux assumé, Ministry n'a su le vivre pleinement.

    RépondreSupprimer
  12. Je crois surtout que c'est le fan de "With Sympathy" qui parle en fait ^^
    Et qui en veut à Jourgensen d'avoir viré sa cuti :P

    RépondreSupprimer
  13. c'est vrai que des groupes comme Jesu ou Earth n'auraient pas eu une ligne il y a 10 ans

    mais maintenant certains journalistes qui ont grandi avec ce type de musique sont aux manettes des Inrocks par ex, alors qu'il y a 10 c'étaient des fans des Smiths qui ne supportaient rien hormis la pop 4AD et qui donc n'auraient jamais rien pu écrire sur des choses un peu plus "brutales"

    bon échange sur Ministry dommage que l'on ne puisse pas faire ça en vrai autour d'une bière .....

    RépondreSupprimer
  14. B'en ça dépend, je fais une tournée parisienne mi novembre, mais je ne sais pas où Dr F chasse la galinette cendrée (j'imagine pas au Parc Monceau)

    RépondreSupprimer
  15. @ Dragibus: oui tu as tout à fait raison, sur l'apport des petits jeunes aux Inrocks... m'enfin, je peux difficilement éviter un ricanement de ma part car Earth, Sunn O))) ou Jesu ressemblent plus à un arbre qui cache la forêt, voire carrément à une caution faussement underground. Certes, pourquoi un mag n'aurait il pas le droit de changer un peu sa ligne éditoriale, n'empêche que leur revirement, AC/DC c'est génial, fait à la fois grincer des dents les vieux fans des Smiths (tant pis pour eux) mais les fait passer pour des... guignols? Surtout que les deux derniers LPs de la bande aux frères Young sont loin de mériter des éloges... et où est leur crédibilité au passage qd on tresse des lauriers au dernier U2 ou au dernier Mika... du coup, Jesu ou Earth... c'est une caution en fait?

    @ Christ: ah ah, j'en vois un qui a lu mon profil sur blogspot ;-)

    RépondreSupprimer
  16. la réponse est: si je suis de passage à Paris...

    RépondreSupprimer
  17. pophits chez lacherre point com

    et zou !

    RépondreSupprimer
  18. Et bien, je ne connais pas du tout Godflesh et me demande si c'est bien nécessaire, même après la spéciale dédicace (ne serait-ce pas là un cadeau empoisonné???)

    Sinon, je me permets de rebondir sur le Sofa (Song) pour te rappeler que les Kooks doivent quand même leur nom à une chanson de Bowie (in "Hunky Dory", 1971)... la boucle est bouclée ;)

    RépondreSupprimer
  19. Sachez demoiselle Catherine, que si dédicace il y a, ce n'est rien comparé à celle que je prépare ;-)

    Ah oui, c'est vrai, j'avais pas fait le rapprochement entre la chanson de sieur Bowie et le patronyme des tristes Kooks...

    RépondreSupprimer
  20. C'est bon, ça !
    Je suis en train d'en cataloguer 3 pour la Bibliothèque : Pure, Cold World & Slavestate.

    On fait hurler la sono ^^

    RépondreSupprimer
  21. @ Thierry: Rah Pure et son final Metal Machine Music tribute ^^
    Je te conseille aussi Song Of Love And Hate, Us And Them et bien sûr leur premier LP Streetcleaner ^^

    RépondreSupprimer