Splice - Vincenzo Natali (2010)

En préambule, même si l'envie démange le préposé à la chronique, on se gardera bien d'avoir (au début) un esprit un peu trop acerbe envers le réalisateur canadien Vincenzo Natali, encore que depuis son culte Cube, les espoirs portés en lui se seraient dissipés au cours du temps si on en croit ses deux précédents et anecdotiques longs métrages. Splice ou une histoire de génétique dans l'ère du temps, rappelant néanmoins certains thèmes déjà évoqués maintes fois par un autre compatriote (mais n'allons pas trop vite).

Clive Nicoli (Adrien Brody) et Elsa Kast (Sarah Polley), deux chercheurs en génétique ont réussi l'improbable, créer un être organique artificiel en combinant l'ADN de différentes espèces. Cet hybride d'aspect larvaire, loin de l'image attendue d'une chimère, leur permet d'obtenir de nouvelles molécules, l'industrie pharmaceutique subventionnant leurs recherches d'apprenti-sorcier étant plus intéressée par la manne financière induite par ces protéines nouvellement créées que par la perspective, ô combien réjouissante, de créer des vers de 10 kilos prénommés pour l'occasion Ginger et Fred (1).
Le scientifique, étant par nature un grand enfant irresponsable, notre couple décide de faire, avec un peu de retard il est vrai, sa crise d'adolescence en se rebellant contre l'autorité. Nicoli et Kast brulent dès lors les étapes, et contre l'avis de leurs (sages?) supérieurs, combinent de l'ADN humain avec celui de leurs larves dealeuses de néo-molécules. A l'insu du NERD (2), la créature grandit au sein du laboratoire à l'abri des regards indiscrets malgré la désapprobation passive de Clive, ce dernier ayant toutes les peines du monde, contrairement à sa moitié, à transférer son désir de paternité envers cet hybride. Puis la nouvellement baptisée Dren (3) emménage dans la ferme familiale héritée de la mère d'Elsa, un éloignement relatif tant celle-ci accapare de plus en plus de temps à ses créateurs au détriment de leur travail pour leur laboratoire. Ainsi, ce qui ressemblait au départ au croisement improbable entre un poulet et un mammifère tend à évoluer aussi rapidement que pouvait l'être sa gestation, en quelques semaines Dren prend l'apparence d'une adolescente mutante (Delphine Chanéac) qui non contente de développer un complexe d'Électre a la particularité d'avoir au bout de sa queue un aiguillon venimeux...

Splice a l'image de sa créature est un film bigarré, alternant le bon et le décevant, des effets spéciaux haut de gamme au service d'une histoire (et non l'inverse comme on a trop souvent l'habitude de le constater ces dernières années depuis les progrès notables des FX numériques (4)) côtoyant des décors dignes par moment d'une production Eurociné, et ayant pour canevas une histoire classique (ou sans originalité notable selon si vous êtes tolérants ou non avec la Science-fiction adepte des figures imposées ou celle prévisible tournant à vide enquillant les poncifs comme la dernière série B venue). Natali et ses scénaristes à force de vouloir bien faire (donnons leur le bénéfice du doute) ont tendance à multiplier les pistes sans véritablement les développer, rendant certaines parties du récit sinon inutiles tout du moins sans incidence essentielle (en particulier l'enfance et le rapport particulier qu'entretenait l'héroïne avec sa mère) sous le prétexte d'une supposée épaisseur psychologique?

Natali brode ainsi autour de la sempiternelle histoire de la créature qui échappe à ses créateurs un film manquant de prises de risque, là où le David Cronenberg des années 70-80 aurait mis en place une tragédie cruelle viscéralement sexuée et violente (5) (et Paul Verhoeven une véritable boucherie où sang et autres fluides corporels auraient dansé la sarabande), le réalisateur de Cube rate sa cible et propose une version bancale, d'autant plus à côté de la plaque que le cinéaste avait toutes les cartes en main pour réussir.

Splice ou le film d'un cinéaste synonyme d'espoir évaporé.

____________________________________________________________________________________________________
  
(1) Est-ce que nos deux hurluberlus ont l'intention de leur apprendre un numéro de claquettes?

(2) Vincenzo Natali a dû faire l'école du rire pour nommer de la sorte le laboratoire...

(3) Autant nos deux gus avaient tenté une fantaisie avec nos deux vers, autant là, Elsa ne s'est pas trop foulée.

(4) Cela dit, accuser de tous les maux les effets numériques semble disproportionné et être le fruit d'un faux jugement, révélateur (parfois?) d'une posture conservatrice. Si les effets spéciaux numériques servent quelque fois de prétexte à un film fantastique, on peut admettre que les FX au sens large l'ont toujours été. Auparavant le récit, du fait des limitations technologiques de l'époque, était "bridé" chez certains (la suggestion, procédé ingénieux, ne résolvant par tous les problèmes) alors que désormais, les progrès des effets numériques sont tels que tout semble quasi permis. Malheureusement, cet essor ne rime pas forcément avec révolution, certains cinéastes préférant garder une posture "bling bling".

(5) Sans doute le plus beau ratage du film, une sensualité et une tension sexuelle qu'on croirait sorties de l'imagination d'une mormone. Si c'était pour un tel résultat, valait mieux rendre une copie totalement asexuée.

13 commentaires:

  1. Cypher ... c'était pas trop mauvais non plus, non ?
    Je n'en ai qu'un vague souvenir (vu au ciné en 2002-2003). Là, j'aime beaucoup Sarah Polley & Adrien Brody. J'attends donc beaucoup du film, mais ta chronique me fait un peu froid dans le dos. J'ai un peu peur de perdre mon temps en le regardant, maintenant !

    RépondreSupprimer
  2. @ Thierry: j'ai pas écrit que Cypher était mauvais, qu'il était juste anecdotique, nuance ;-)

    Bon la chro parait un peu dure, disons que le film n'est pas à jeter mais n'apporte rien et aurait pu être bien meilleur. Vite oublié en résumé.

    RépondreSupprimer
  3. l'imagination mormone... celles qui font ménage à plusieurs avec un seul mec... c'est paradoxal non ?

    Moi qui attendait beaucoup de ce film, les photos promos sont plus intéressantes que le film, j'en conclus.

    bon je m'en retourne au degueuli sonore de raphsody of fire

    RépondreSupprimer
  4. @ Diane: ah mais y'en a qui ne sont plus à un paradoxe près! :-D
    Raphsody of fire, miam miam, quelle bonne gerboulade (j'ai tenu deux morceaux :-P)

    RépondreSupprimer
  5. dernière ligne droite pour moi, j'affronte la plage 9 et ses 11 minutes hysterico-pouetpouet

    RépondreSupprimer
  6. @ Diane: bon courage, maso va! :-D

    RépondreSupprimer
  7. voilà a fini l'écoute d'un long, très long et très très très chiant solo de metal ultra rapide étalé sur 11 plage. mais comment diable connais-tu ce genre de logorrhée musicale ?

    RépondreSupprimer
  8. Cypher n'est pas anecdotique, au contraire c'est l'une des série B des 00' qui possède le plus de charme. Il s'inscrit dans la droite lignée de Bienvenue à Gattaca et Dark City. D'ailleurs dans sa manière de superposer les couches de manipulation, c'est presque un pré-Inception.

    Quant à Nothing, fallait quand même de sacrées couilles pour sortir un tel film (pour le coup c'était vraiment un suicide commercial^^).

    RépondreSupprimer
  9. @ Diane: rho il est toujours bon de connaitre quelques groupes comiques dans son chapeau

    @ Benjamin: je n'argumenterai pas face à qqn qui aime et défend Inception :-P
    Ou alors je sors des affirmations faciles (qui ne veulent pas dire grand chose) comme: "Natali c'est un peu le Nolan du pauvre", et sachant tout le bien que je pense des films de Nolan... Je te fais pas un dessin ^^
    Tu me feras pas admettre que Cypher a eu un retentissement plus grand que Cube, car vous me prêtez des propos que je n'ai pas tenu. A aucun moment je n'affirme que Cypher est une bouse, mais force est d'admettre qu'on ne me fera pas avaler que celui-ci a eu plus de succès critique et médiatique que le précédent. De même, peut-être me trompe-je, mais Natali n'a pas franchement répondu aux attentes que soulevait son premier film (ce à quoi l'admirateur me répondra qui je suis pour prétendre ceci, un pseudo-journaliste frustré juste bon à critiquer tout ou rien ;-) )

    RépondreSupprimer
  10. Mmhh, ça ne me dit rien qui vaille...

    SysT

    RépondreSupprimer
  11. @ Syst: Un conseil, ne perd pas ton temps à regarder ce film ^^
    Quitte à regarder du mauvais film sur le même sujet, je vous conseille le méconnu Embryo de 1976 avec Rock Hudson et l'ex-femme de Ringo Starr, Barbara Carrera (ouais je sais, je suis un vrai vendeur ^^), en téléchargement gratuit puisque tombé dans le domaine public: ICI

    RépondreSupprimer
  12. je confirme c'est décevant pourtant la créature est superbement réussie, et l'interprétation de Delphine parfaite, les acteurs sont bons mais il manque vraiment de cojones ce film.

    RépondreSupprimer
  13. @ Diane: oui le réal avait toutes les cartes en main, et il se la joue petit bras!

    RépondreSupprimer