Merci Jim

Petite précision, je remercie Jim Jarmusch, pas le gourou Jim Jones de lundi dernier…

Alors ce post fera plaisir à la mygale poitevine, car comme je l’ai souligné précédemment, j’ai découvert le Requiem de Gabriel Fauré en visionnant le dernier Jarmusch, Broken Flowers. Il m’a ainsi donné envie d’y prêter une oreille plus attentive.

Faut dire que moi et la musique dite classique ça fait deux. Cependant, il faut aussi différencier quelle musique classique. Autant la musique baroque ou contemporaine ne m’a jamais posé de problème autant Mozart and co, j’y arrive pas. Alors pourquoi ? Doit on y voir un repoussoir psychologique voir atavique du à mes origines prolétaires, je ne sais pas, mais si cette musique était aussi moins élitiste...

On pourra me rétorquer, que j’écoute du jazz, et ça aussi ce n’est pas une musique réservée aux masses, certes, mais le jazz n’est pas devenu élitiste par choix et au départ c’était une musique populaire. Et tous les grands jazzmen sont issus des quartiers défavorisés (en étant afro-américains quoi de plus normal, sauf Miles qui était issu des classes moyennes, mais bon, faut toujours un contre exemple…), après s’ils sont écoutés par un public blanc, à qui la faute ? Et puis, même si c’est caricatural de penser ceci, la musique classique me fait penser à une culture réactionnaire (vous avez dit de droite ?), donc forcément, par réflexe héréditaire, on traîne des pieds.

Oui mais justement, grâce à Jim, j’ai pu découvrir ce fameux Requiem. Alors oui, laissons les préjugés de côté, c’est une œuvre magnifique et contrairement à ce que je reproche aux œuvres classiques, pas du tout pompeux, un bon point pour moi donc. Et puis un groupe comme Elend a dû écouter pas mal de fois ce requiem d’ailleurs…

Et puis ça nous rappelleras un sketch du regretté Pierre Desproges.

6 commentaires:

  1. la mygale poitevine15/02/2007 12:00

    Puisque tu as découvert la musique sacrée par Gabriel Fauré, je te conseille maintenant les vepres solennelles d'un confesseur de Mozart, que je trouve pour ma part impressionnant de sobriété et puissance.

    RépondreSupprimer
  2. bah on verra ca a mon retour la p'tite arachnide...
    mais merci du conseil!

    RépondreSupprimer
  3. Généralement les films de Jarmsuch sont toujours accompagnés d'une très bonne B.O.

    PS merci pour ton email spécial Stooges !!

    RépondreSupprimer
  4. La Mygale Volante15/02/2007 19:36

    Je valide le commentaire de sony barilla, les films de Jarmusch ont toujours une excellente B.O., de véritables must.

    RépondreSupprimer
  5. J'adore le classique depuis mes 13 ans mais si ça peut te rassurer, je découvre très souvent des oeuvres par l'intermédiaire du cinéma... ;)

    Fauré n'a rien à voir avec Mozart, son sublime "Requiem" a plus à voir avec la musique modale grégorienne, donc avec la musique de messe, et à priori le "public" des églises est tout sauf élitiste ou trié sur le volet ! ;) (ne pas confondre avec celui de Boulez par exemple, à 95% issu de la moyenne / haute bourgeoisie ou de CSP+ ultra diplômés notamment en musicologie, voire au pire de quelques autodidactes urbains)

    Ton réflexe "social" vis à vis du classique sonne en tout cas très juste ! (moi c'est marrant c'est plus avec le jazz que ça me fait ça ! pour moi le jazz est plus synonyme de parisianisme, urbanisme ou de snobisme pur et dur que de prolétariat, faut dire que les rares jazzmaniaques que j'ai connu étaient presque tous dans ce cas de figure)

    Sinon est-ce que le classique est réac ? je ne sais pas, mais je ne le crois pas ! le classique est une musique "légitime" ancienne alors que le jazz est une musique légitime plus récente, bien que concurrencé de plus en plus avec le rock le plus légitime justement : cad le rock "classique" : Doors, Hendrix, Beatles ou plus sophistiqué : le krautrock, etc... une sorte de nouveau "jazz" presque, non sur le plan esthétique mais sur le plan de sa place parmi les hiérarchies culturelles - En fait on pourrait dire la même chose de la philosophie classique ou des "humanités" : Platon, Aristote, Sade ou Montaigne sont t'il réacs ? non bien sûr... ils n'ont rien de "réacs" réellement, ce sont juste des classiques.

    Sans le classique, le jazz n'aura probablement jamais pu devenir aussi "légitime" qu'il ne l'est (vu qu'il s'est souvent inspiré de la virtuosité et de l'harmonie classique moderne sans réellement le copier servilement), ni même le rock (vu la place importante prise par les arrangeurs, les références classiques de nombreux musiciens comme Scott Walker ou autres, etc...)

    RépondreSupprimer
  6. Je dois admettre après pfiou presque déjà 3 ans la rédaction de ce billet, ma culture classique ne s'est pas encore trop étoffée... quelque peu, le Sacre de Stravinsky fait partie désormais de mes "classiques" justement, mais c'est vrai que j'ai encore négligé cette musique, au détriment du jazz dont je n'en ai pas encore fait le tour.
    Maintenant, je reste très hermétique à nombre d'œuvre classique (et pourtant G.T. se donne du mal, mais quand ça passe pas... au moins, j'essaie).
    Après mes propos quant à mes réactions épidermiques vis à vis du classique sont maladroites, mais tu as très bien compris que je critiquais plus l'image qu'on se fait du public qui aime le classique aujourd'hui que la musique elle-même ;-)

    RépondreSupprimer