Live report : Pestilence @ Gibus, Paris, 28 février 2019

2008 avait sonné le réveil de Pestilence, après la séparation du groupe, quatorze ans plus tôt, et la tournée de leur controversé album Spheres. Trois albums plus tard et le retour du guitariste originel Patrick Uterwijk et du bassiste Jeroen Paul Thesseling, le leader Patrick Mameli avait de nouveau mis en pause sa formation, avant un deuxième come-back, et la sortie du dernier album studio en date Hadeon en janvier de l'année dernière. Faisant suite à leur précédente tournée 2018 intitulée "Fight the Plague" [1], Mameli sacrifiait cette année à la mode des tournées hommages au glorieux passé, en conviant la troupe des nostalgiques et autres quadragénaires à fêter le trentième anniversaire du deuxième album du groupe.

Cinq ans après leur dernier passage au Gibus, les néerlandais revenaient sur Paris, avec cet unique concert français de leur tournée européenne "Reduced to Ashes" de 29 dates, débutée à Glasgow sept jours plus tôt [2]. Accompagné des nouveaux membres, Calin Paraschiv à la guitare, Septimiu Hărşan à la batterie, et Edward Negrea à la basse, Patrick Mameli investit la scène du Gibus en terrain conquis, fort de l'aura culte de sa formation et de l'album qui allait concentrer la majeure partie de la setlist du concert, le non moins culte Consuming Impulse.

Auteur d'un disque fondateur du death metal made in Europe, quelques mois avant le séminal Left Hand Path des scandinaves Entombed, Pestilence avait signé avec ce deuxième album en 1989 un opus du même calibre que les récents Slowly We Rot et Altars of Madness de leurs pairs étasuniens Obituary et Morbid Angel, sans, détail notable, jouer les imitateurs. Produit par Harris Johns (Kreator, Sodom), Consuming Impulse se distinguait enfin pour être le dernier disque avec Martin Van Drunen au chant et à la basse, Mameli se chargeant par la suite (bon an, mal an) des vocaux.


Commencé pied au plancher par le cataclysmique Dehydrated ("Water is your last word, As your internal organs decay, Dehydrated, emaciated, Your life slowly fades away"), le concert passa donc en revue, et dans l'ordre, l'intégralité dudit album, avec, comme points forts attendus, les incontournables The Process of Suffocation et Out of the Body. Fort d'une interprétation carrée, les quatre musiciens livrèrent une prestation des plus convaincantes, en dépit du supposé manque d'expérience des nouveaux membres (l'âge du bassiste laisse à penser qu'il n'était pas encore né quand le disque fut enregistré à Berlin en 1989). Loin d'être mutique avec le très remuant public parisien (dont deux rappels à l'ordre - on ne touche pas au micro !), Mameli prit son temps de présenter chacun des morceaux, au risque de briser le rythme du concert, alors que, avouons le, deux ou trois titres enchaînés n'auraient pas déplu aux cervicales de l'assistance. Qu'importe ! A défaut de rappel, les musiciens terminèrent leur set avec, pour le plus grand plaisir du préposé, trois chansons de Testimony of the Ancients, Mameli indiquant qu'il faudra sans doute, également, compter sur une tournée dédiée au trentième anniversaire de cet autre monument de la discographie des néerlandais en 2021.

En attendant leur nouvel album studio.

Setlist :
01. Dehydrated / 02. The Process of Suffocation / 03. Suspended Animation / 04. The Trauma / 05. Chronic Infection / 06. Out of the Body / 07. Echoes of Death / 08. Deify Thy Master / 09. Proliferous Souls / 10. Reduced to Ashes / 11. The Secrecies of Horror / 12. Twisted Truth / 13. Horror Detox / 14. Land of Tears
___________________________________________________________________________________________________

[1] Provenant du titre de la quatrième chanson de leur démo The Penance de 1987.

[2] La tournée se conclura le 30 mars prochain en Catalogne à Barcelone.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire