Carlos Santana & Buddy Miles! Live! - Carlos Santana and Buddy Miles (1972)

Le refrain n'a rien d'original et a déjà été évoqué par le passé ici-même : les albums de rock enregistrés en public sont par nature anecdotiques. L'assertion apparaît de prime abord gratuite, et mériterait un billet complet et justifié. Pourtant force est de constater que contrairement au jazz par exemple, le rock s'est initialement construit en studio, profitant souvent des nouveaux apports et autres avantages technologiques que pouvaient lui apporter ce dernier.

Produits à moindre coût (1), ces disques live sont au mieux le témoignage sonore à un instant « t » d'un artiste, au pire un prétexte contractuel entre l'artiste et son label (2) afin de faire patienter le public avant le prochain album studio, et/ou de profiter commercialement de la popularité du dit artiste pour distribuer une compilation déguisée. Certes, de nombreux contre-exemples tendent à infirmer ces propos (au hasard Live at the Fillmore East de The Allman Brothers Band ou In Case You Didn't Feel Like Showing Up de Ministry), mais avouons tout de même que cet arbre, qui peut prendre la forme d'un plaisir coupable, cache en réalité une forêt pétrifiée. Artistiquement stérile, l'album rock live n'a pas vocation à être synonyme avec prise de risque ou nouveauté. Or si le disque Carlos Santana & Buddy Miles! Live! peut difficilement prétendre à être en premier lieu un incontournable dans la discographie du guitariste moustachu, celui-ci a le mérite d'offrir une facette méconnue et une transition avant sa mue nommée Caravanaserai.

Enregistré lors du Sunshine '72 Festival à Hawaii le 1er janvier 1972 (date à retenir, mais n'allons pas trop vite), ce live comme le préposé l'indiquait précédemment est à classer dans la catégorie des précieux témoignages sonores, ou celui d'une tournée qui rejoignit, de décembre 1971 à avril 1972, Carlos Santana et plusieurs de ses musiciens avec l'ancien batteur et chanteur du Band of Gypsys, soit l'une des dernières formations de Jimi Hendrix. Une association surprenante ? Pas tant que cela, tant Santana comme d'autres groupes ayant consciemment ou non été influencés par la mort du fougueux gaucher en septembre 1970. Leur troisième album sobrement intitulé III sorti l'année suivante pouvait ainsi être considéré à juste titre et à cette date comme leur album le plus hendrixien. Fin d'un cycle et du line-up popularisé par l'épisode « Woodstock », la tournée avec Buddy Miles tombait sinon à point nommé, du moins faisait clairement apparaitre pour Carlos Santana le besoin de s'aventurer vers d'autres contrées musicales.

Loin d'être un facile hommage posthume au défunt Band of Gypsys et à l'opus live homonyme enregistré deux années plus tôt exactement lors du nouvel an 1970, les deux leaders s'appliquent à travers un répertoire commun, dont les hits Changes de Miles et Evil Ways de Santana, à jouer une musique protéiforme à la croisée d'un jazz-rock, l'album s'ouvrant avec Marbles, composition signée John McLaughlin sur son disque Devotion (1970), et d'un funk psychédélique où les ponts entre les deux genres se veulent des plus perméables. Le traitement attribué à Evil Ways symbolise ainsi à lui seul la volonté d'émancipation de Santana, plus proche de la jam session funky que de l'original latino rock de 1969, en attendant le plat de résistance et la synthèse de ces expérimentations formelles : Free From Funkafide Filth. Occupant à lui seul la seule face B du vinyle originel, ce titre de vingt-cinq minutes est comme son nom l'indique une improvisation funk. Riche en cuivres et en percussions (à l'instar de la face A), si cette longue jam session n'annonce pas totalement le futur dessein du guitariste, celle-ci marque durablement son désir de liberté.

Album live inattendu (3) couronné d'un succès commercial, la popularité des deux musiciens à l'époque n'y étant sans doute pas étrangère, Carlos Santana & Buddy Miles! Live! est un disque à part, une parenthèse en quelques sorte dont les chansons offriront les prémices au majeur Caravanaserai qui sortira quatre mois plus tard.




Titres
01. Marbles / 02. Lava / 03. Evil Ways / 04. Faith Interlude / 05. Them Changes / 06. Free From Funkafide Filth.

____________________________________________________________________________________________________

(1) En faisant abstraction du coût relatif lié aux overdubs...

(2) Du moins quand il existe un accord bilatéral entre les deux parties...

(3) Les fans de Santana devront attendre la sortie du triple LP Lotus (1974) enregistré au Japon à Osaka pour avoir un vrai disque live de la formation.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire