Orgazmo - Et Dave dit: "... moi les licornes, ça me troue le c**"

Populaire outre-Atlantique (1), le film parodique reste encore marginal en France, avec quelques exceptions telles que La cité de la peur ou les deux derniers OSS 117. A la décharge du genre, avouons toutefois que la parodie ressemble le plus souvent à un gloubiboulga, juste bon à accumuler les références cinématographiques, au détriment d'une certaine cohérence. Or le film qui nous intéresse joue la carte du faux nanar, et flirte entre l'hommage et la parodie. Enfin, celui-ci peut-il être foncièrement mauvais quand le héros porte une magnifique combinaison rose et un orgazmo-rayon à son bras droit ? Petit rappel des faits. 1997 fut une année mémorable pour la paire Trey Parker et Matt Stone. En plus d'avoir enfantés le monstre South Park, ces derniers écrivent Orgazmo (VF: Capitaine Orgazmo), soit un délire potache hommage à la série Z, aux comics et... au porno de seconde zone.

Joe Young (Trey Parker), jeune missionnaire mormon ayant quitté son Utah natal se voit confier la mission délicate de prêcher la bonne parole à Los Angeles. Une tâche difficile, face à l'hostilité de la population locale, qui plus est lorsque votre chère et tendre est restée à la maison. Au détour d'une propriété, soit les joies du porte à porte, Joe se voit proposer grâce à ses talents en arts martiaux, le premier rôle dans une production porno pour jouer le rôle du charismatique Capitaine Orgazmo. Certes, tout ceci va à l'encontre de la morale mormone, mais les 20 000 $ que lui propose Maxxx Orbison (Michael Dean Jacobs) pourraient bien financer le mariage de notre héros. Et puis comme le souligne fort justement ce producteur (véreux ?), on ne demande à Joe que de jouer la comédie, pour le reste, on peut très bien faire appel à une "doublure-bite". Et c'est ainsi que Joe va se laisser emporter par le succès (troisième plus gros succès au box-office US entre Jurassic Park et E.T. svp), Orbison le soudoyant encore un peu plus pour tourner une suite. Mais le Capitaine Orgazmo n'est-il seulement qu'un personnage de fiction ?


 

Il convient dès lors de faire les présentations qui s'imposent. Le capitaine Orgazmo est en effet l'unique super héros combattant le crime grâce à son orgazmo-rayon, rayon qui comme son nom l'indique, neutralise ses ennemis en les foudroyant par un orgasme puissant. Imparable. Mais il serait injuste d'omettre son fidèle lieutenant, Choda boy, sidekick facilement reconnaissable par son godemiché posé fièrement sur sa tête et ses gadgets tous plus efficaces les uns que les autres... telle que l'explosive "roquette-quéquette". Capitaine Orgazmo combats donc les supers vilains qui peuplent L.A. tels que le terrible Spermixx, l'insaisissable homme-neutre ou la sensuelle mais dangereuse Langousta qui veut enlever sa carapace !!! Des supers-vilains toujours présents pour semer le trouble ou pire abuser de la gent féminine, mais Orgazmo et Choda boy veillent sur la ville, d'autant plus que les demoiselles sauvées savent être très reconnaissantes.

 

Or comme tout super-héros, ce dernier a besoin d'un témoin, d'un fidèle relais à ses exploits. C'est là qu'apparaît l'autre raison véritable de découvrir Orgazmo, Dave (3), le photographe de plateau, joué par l'un des scénaristes du film, Matt Stone (4). Car si Orgazmo fait la part belle au crétinisme le plus échevelé, Dave illumine de sa présence. Tout son être vibre, ses cheveux, ses postures, ses grimaces... bref, n'en rajoutez plus, Dave is number one. Et comble du bonheur, les propos de Dave sont reconnaissables entre mille. Histoire d'enlever toute ambiguïté sexuelle, ce dernier aime ainsi ajouter en préambule quand l'émotion devient trop pesante : "et me prenez pas pour une tantouze, mais...". Les lecteurs les plus déviants auront dès lors compris que le titre de ce post correspond finalement à l'une des phrases cultes du Dave. Il n'empêche, parmi les clichés que l'ami Dave balance, celui prononcé lors d'une réception donnée par l'infâme Maxxx Orbison pourrait bien tenir la palme, la référence à Depeche Mode en les comparant à un groupe de Mariachis exhibitionnistes étant des plus savoureuses: "et qu'est-ce que tu penses du groupe [...] ils ont quelque chose de Depeche Mode. Dis, je voudrais pas avoir l'air d'une tantouze, mais z'aime bien Depeche Mode, moi".

 

Capitaine Orgazmo est assurément un film potache, mais avant tout un hommage réussi à la série Z ultra fauché. Film faussement nanar, ce dernier détourne avec brio tout ce que le nanar addict recherche : effets spéciaux foireux, jeu outrancier, situations comiques volontairement décalées, mauvais goût assumé. A noter pour les plus dubitatifs que cet hommage n'a rien à voir avec une attitude de poseurs, la paire Parker et Stone ayant la bonne idée de s'entourer pour l'occasion de quelques anciennes stars du porno venues cabotiner pour leur plus grand plaisir (5) dans un film qui ne se prend aucunement au sérieux (6). Et puis, comment aussi ne pas citer l'apparition du toujours sympathique Lloyd Kaufman, grand manitou de Troma, pour un caméo des plus judicieux. Dernier point, le soin apporté à la bande-son avec comme hors d'œuvre la chanson Now You're a Man interprétée par le groupe de Parker et Stone, DVDA (7), une chanson délicate digne d'un Survivor.

Au final, un film qui n'aura guère eu de succès à sa sortie mais qui au fil des années a gagné son statut mérité de comédie culte.

 

____________________________________________________________________________________________________

(1) Les américains ayant poussés le concept si loin qu'on en vient à subir presque chaque année le film qui va parodier les précédents succès hollywoodiens voire télévisuels, l'un des derniers en date étant Meet the Spartans. Le genre de film poussant le concept du film-kleenex dans ces derniers retranchements en somme, car quoi de plus daté qu'un film ne reposant que sur des références de l'année passée. Bref un long-métrage qui au final a le mérite d'être déjà has-been deux ans après sa sortie... offrant un nouveau concept, le film micro-générationnel.

(2) J'ai eu le plaisir de constater que Dave avait son fan-club sur une page fessebouc francophone.

(3) L'autre comparse Trey Parker ayant la double casquette d'acteur principal (dans le rôle de Joe Young/Capitaine Orgazmo) et de réalisateur.

(4) Dont le fameux Ron Jeremy, véritable vétéran du film porno US, dans le rôle de Clark alias le sinistre Spermixx.

(5) Bon ok, comment se prendre au sérieux en même temps quand le pitch de votre film narre les aventures d'un mormon jouant les supers héros pour l'industrie du porno...

(6) Je vous laisse deviner ce que signifie ces initiales... avec comme un indice V et A étant des orifices et D correspondant à double... amis du bon goût, passez votre chemin... initiales qui nous valent au passage une scène des plus inattendues entre Joe et une actrice expérimentée...


12 commentaires:

  1. Un article qui donne envie... Sur ma playlist !!

    RépondreSupprimer
  2. Dahu Clipperton28/05/2009 00:00

    En tant qu'admirateur de "South Park" (mais pas inconditionnel non plus), il faudrait sérieusement que je me penche sur ce Captain Orgazmo ! Le "Now you're a moïnnn" du générique m'a rappelé le trip de Kenny, défoncé à la pisse de chat... ^^
    De toute façon, ils sont teeeeeellement doués pour les chansons, Pitty le panda, le combat des gamins ninjas, "You need a montage", la chanson du "Noël des petits animaux", quel répertoire !

    (suis-je le seul à adorer les brillantissimes doublages français de "South Park", et à m'emmerder ferme en VO ??? Pour quelqu'un d'attaché aux versions originales, c'est pas un peu bizarre ? Dois-je consulter ? Répond-moi, Doc ;-))
    (pour le frottis gratuit, c'est bien gentil, mais ça ira, merci^^)

    RépondreSupprimer
  3. Je connais pas suffisamment South Park pour avoir un avis sur la qualité du doublage... mais je veux bien te croire. Il m'est déjà arrivé par le passé via des films ou séries de trouver la VO fade, donc bon. Qui plus est lorsqu'il s'agit de comédie. (nan mais prends la traduction française dans Pulp Fiction "la crampe", ça a quand même plus de gueule que la VO "the thing", c'est minable!!!)

    Euh pour le frottis gratuit, y'a méprise là! On a beau être un admirateur du célèbre Helmut Perchu, j'ai d'autres perversions pour le coup :D

    RépondreSupprimer
  4. Il faut absolument que je me procure ce chef d'œuvre ! D'ailleurs sans indiscrétions, comment l'as-tu eu ?

    RépondreSupprimer
  5. un masterpiece.
    Depuis Cannibal The Musical à Baseket Ball, tout à prendre rien à jeter. Ils sont fous et c'est bon.
    (Vive l'orgasmotron.)

    RépondreSupprimer
  6. tiens en lisant Orgasmatron, ça m'a rappelé une jolie ritournelle:

    I am the one, Orgasmatron, the outstretched grasping hand
    My image is of agony, my servants rape the land
    Obsequious and arrogant, clandestine and vain
    Two thousand years of misery, of torture in my name
    Hypocrisy made paramount, paranoia the law
    My name is called religion, sadistic, sacred whore.

    http://www.youtube.com/watch?v=rqNSJqEhjUg

    RépondreSupprimer
  7. Lemmy (Caution !)30/05/2009 03:42

    mister your on fire mister ?

    RépondreSupprimer
  8. chapeau, passer de Lemmy Kilmister au jeu de mot Lemmy (Caution!)
    bravo!
    Une référence à Eddie Constantine, c'est plutôt rare. :D

    RépondreSupprimer
  9. Maintenant, à cause de toi, je vais penser à ORGAZMO à chaque fois que je croiserai un de ces mormons dans la rue (ce qui n'est - bizarrement - pas rare à Genève...)

    Merci!!!

    SysT

    RépondreSupprimer
  10. cool maintenant si tu veux, t'as qu'à faire des stats en te faisant passer pour un jeune producteur de film porno, juste pour savoir quelle est la propension chez les mormons de finir acteur de film pour adultes :D

    RépondreSupprimer
  11. Faut que je me trouve une de ces chemises hawaienne et une chaine en argent... et un gros cigare! Ainsi, le tour sera joué! Je prends mon accent italien (facile) puisque, c'est bien connu, les producteurs de pornos sont toujours des italo-américains dans les films...

    http://www.dailymotion.com/video/xoktb_les-gros-cons-le-harder_fun

    Syst

    RépondreSupprimer