Cronico Ristretto : Roberta Flack & Donny Hathaway

Découvert sur le tard par le préposé, voici quelques lignes consacrées à l’un des plus beaux duos qu’aient connu la soul music, Roberta Flack et Donny Hathaway.

Donny Hathaway n’aura attendu que son second album pour connaître le succès public en 1971. La même année, il collabore pour la première fois avec Roberta Flack sur la reprise You’ve got a Friend (de Carole King). Le succès étant au rendez-vous (classée 8 dans les US R&B charts), le duo enregistre et sort l’année suivante un album éponyme, Roberta Flack & Donny Hathaway, LP contenant le tube Where is the Love ? (élu meilleure performance vocale aux Grammy de 1972). Le succès du single You’ve got a Friend aidant, l’album se classe finalement troisième au Billboard (et deuxième US R&B charts).

36 ans après la sortie de l’album, la production n’a pas trop mal vieillie, bien au contraire ! Mais surtout, l’émotion est toujours présente, et celle-ci ne se fait pas prier dès le premier morceau, I (Who Have Nothing), chanson qui nous rappelle une fois de plus que Donny avait l’une des plus belles voix soul masculine (sinon la plus belle). Comme écrit plus haut, l’album contient le tube qui les a fait connaître à savoir You’ve got a Friend. Si celle-ci est réussie, son aspect calibré souffre néanmoins de la comparaison avec Be Real Black for Me par exemple. Comme dans ses enregistrements précédents, Donny fait quelques légères incursions vers le funk, comme sur l’intro groovy de You’ve Lost That Lovin’ Feelin’. Autre moment fort, Mister Hathaway chante seul sur le sublime For All We Know, seul au piano et accompagné par quelques cordes vers la fin en guise de conclusion. Histoire de faire tomber un peu la pression, le reste du LP est un peu plus léger (encore que…), voire frais comme sur Where is the Love ?, tube évoquant par son ambiance celui de Stevie Wonder You Are the Sunshine of my Life.

Le duo n’oublie pas cependant ses racines Gospel sur le poignant Come Ye Disconsolate. L’album se clôt par l’instrumental et mélancolique Mood, titre annonciateur des futures années de dépression du talentueux Donny.

Au final, un album à classer à part parmi les œuvres de Donny Hathaway mais qui contient quelques moments forts.



6 commentaires:

  1. Dois-je me sentir concernée/visée par la première partie de cette chronique? hi!hi!hi!

    RépondreSupprimer
  2. Et bah dis donc ça me donne envie d'écouter Donny Hathaway tout ça !!! pour le coup la pochette d'albume est classe je trouve :D

    RépondreSupprimer
  3. "ça me donne envie d'écouter Donny Hathaway" un peu mon neveu!
    un artiste injustement oublie en tout cas :(
    RIP

    RépondreSupprimer
  4. Impossible de te pas aimer !

    RépondreSupprimer
  5. correction : de ne pas aimer

    RépondreSupprimer