Cronico ristretto : La maison de la mort - James Whale (1932)

Réalisé avec une année d'intervalle entre les deux classiques Frankenstein (1931) et L'homme invisible (1933), le long métrage La maison de la mort de James Whale est disponible à partir du 27 janvier prochain en Blu-ray et DVD grâce à Carlotta films dans sa nouvelle version 4K. Après avoir longtemps été considéré comme perdu, La maison de la mort est devenu au fil du temps un classique du genre pré-gothique, ou plutôt, des genres, tant celui-ci magnait déjà avec brio, quitte à froisser le public étasunien de l'époque encore peu habitué à ce mélange, le drame, l'épouvante et l'humour noir. 

Alors qu'iels traversent une région isolée du pays de Galles, Philip (Raymond Massey) et Margaret Waverton (Gloria Stuart) et leur ami Penderel (Melvyn Douglas) sont pris dans une terrible tempête. Iels trouvent refuge dans une vieille demeure tenue par Rebecca Femm (Eva Moore) et son frère Horace (Ernest Thesiger), secondé.e.s par Morgan (Boris Karloff), leur majordome muet et défiguré. Alors que deux autres visiteurs sont également hébergés, leurs hôtes font preuve d'un comportement de plus en plus inquiétant…
 
Cinquième long métrage dirigé par James Whale, celui-ci se distingue, comme le laisse suggérer son titre originel français Une soirée étrange, par son atmosphère teintée d'angoisse et de folie latente. Lieu de refuge pour ces naufragé.e.s de la route perdu.e.s sous une pluie diluvienne, la maison de leurs hôtes est une demeure hantée, non par des revenants et autres créatures surnaturelles, mais par ses occupant.e.s bien vivant.e.s, les Femm. De cette maison métaphore de la folie héréditaire des Femm, James Whale en limite volontairement l'accès au public, laissant libre court à son imagination, avant l'apparition des autres membres de cette famille dysfonctionnelle, du patriarche Sir Roderick Femm (interprété par l'actrice Elspeth Dudgeon afin d'ajouter encore un peu plus de trouble) à Saul Femm (Brember Wills), qui est enfermé dans sa chambre, car accusé par les autres membres de la famille d'être fou. 

 

Le scénario de Benn W. Levy et R. C. Sherriff prend le parti d'en dévoiler peu, par vignette, au gré des interventions des divers personnages, dont le terrifiant Morgan joué par Boris Karloff. Ivrogne incontrôlable à la brutalité non feinte, ce majordome, au service supposé des Femm, n'est toutefois pas la menace principale qui rode sur la maison. Soufflant le chaud et le froid, l'histoire alterne ainsi terreur et ambiance sinistre, avec des moments plus légers telle l'apparition de Sir William Porterhouse (Charles Laughton), dans son premier rôle dans un film hollywoodien. Plus intéressant et témoignage d'un film produit lors du Pre-Code, la présence de Gladys (Lilian Bond), amie entretenue par ce noble parvenu qui va tomber amoureuse du jeune vétéran pince sans-rire Penderel, est en opposition aux comportements puritains de Rebecca Femm, dont Margaret Waverton en fera les frais lors d'une scène quasi hallucinatoire dans la chambre de la vieille femme. 

A (re)découvrir. 



The Old Dark House (La maison de la mort ) | 1932 | 72 min | 1.37 : 1 | Noir & Blanc 
Réalisation : James Whale 
Production : Carl Laemmle Jr.
Scénario : Benn W. Levy, R. C. Sherriff (non crédité) d'après le roman Benighted de J. B. Priestley
Avec : Boris Karloff, Melvyn Douglas, Gloria Stuart, Charles Laughton, Lilian Bond, Ernest Thesiger
Directeur de la photographie : Arthur Edeson
Montage : Clarence Kolster
__________________________________________________________________________________________________

Aucun commentaire:

Publier un commentaire