Cronico Ristretto : Fouth - Lento (2017)

Cinq longues années sans nouvel album de la part de nos romains préférés. Une éternité tant leurs trois premiers disques, en sus du tellurique Supernaturals record one enregistré de concert avec leurs compatriotes d'Ufomammut, avaient marqué nos esprits amateurs de déflagrations soniques. Et cinq longues années synonymes également de remise à plat pour cette formation instrumentale. Du line-up originel qui comptait trois guitares en 2004, Lento est désormais un trio. Un changement et une formule première sinon salutaires, qui apportent du moins aux italiens un certain renouveau dans l'approche de leur musique hybride, après leur complexe et avant-dernier effort, Anxiety Despair Languish [1], dernier disque signé sur le label Denovali Records.

Enregistré et mixé par le guitariste Lorenzo Stecconi à Rome entre octobre 2016 et février 2017, le nouveau disque Fourth se distingue, on l'aura vite deviné, par sa maturité, l'écriture des compositions ayant débuté, deux ans plus tôt, à partir de décembre 2014. Un disque donc mûrement réfléchi qui profite toutefois des possibilités offertes par la trinité rock guitare-basse-batterie. Plus direct, moins sophistiqué que leur précédent opus, ce quatrième album marque une nouvelle étape dans leur discographie.

D'une cohésion sans faille, les trois musiciens Federico Colella à la batterie, Emanuele Massa à la basse et Lorenzo Stecconi livrent avec Fourth un album massif, torturé et lourd à l'image des premiers titres A penchant for persistency et Some disinterested pleasures. A la croisée du post-hardcore, du metal, du drone et de l'ambient, la formation, sans réinventer totalement leur style, évite ainsi la redite. Une nouvelle mue, un sentiment d'urgence, dont la formule trio est sans aucun doute nullement étrangère. Enfin, indissociables de l'ADN de Lento, les plages ambiantes du disque, au nombre de quatre, tour à tour menaçantes, dissonantes, atmosphériques tels Undisplaceable, or a hostile levity ou  Last squall before the crack, jouent parfaitement leur rôle de balancier, transition idéale avant le bruit et la fureur. L'album se conclut par la longue plage A demand of urgency, synthèse en un peu moins de neuf minutes de leur personnalité musicale.

Fortement recommandé.

Sorti le 6 octobre 2017 sur leur nouveau label Consouling Sounds.
 
 





Titres

01. A penchant for persistency / 02. Some disinterested pleasures / 03. Undisplaceable, or a hostile levity / 04. A gospel of resentment / 05. Last squall before the crack / 06. Cowardly compromise / 07. In-itself / 08. Self conviction, or belief / 09. Let bygones be bygones (a grievance) / 10. A demand of urgency
 ___________________________________________________________________________________________________

[1] Les pistes non utilisées ont été publiées sur un split avec le groupe italien Tons en 2013 sur le label Heavy Psych Sounds.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire