Live report : David Murray feat. Saul Williams - 06 février 2018 Maisons-Alfort

Dans le cadre de la 27ème édition du festival Sons d'hiver, débutait le 6 février dernier la tournée européenne Blues for memo tour du jazzman David Murray. Accompagné du poète urbain Saul Williams et entouré de son Infinity Quartet (référence au groupe Black Music Infinity fondé par Stanley Lawrence Crouch), le saxophoniste ouvrait ainsi au Théâtre Claude Debussy, à Maisons-Alfort, le premier concert de ses onze dates à travers le vieux continent.

D'une première rencontre en 2014, lors des funérailles d'Amiri Baraka où Saul Williams implorait dans un poème le militant des droits civiques à « sortir de son cercueil » et à continuer la lutte, le souffleur originaire d'Oakland, impressionné par la faconde du poète, invita dans un premier temps Williams à venir sur scène auprès de lui. Deuxième acte de cette collaboration, les deux hommes enregistrèrent à Istanbul un album commun, le dénommé Blues for Memo (sortie le 16 février sur le label Motéma Music), hommage au producteur turc Mehmet 'Memo' Uluğ et à d'autres mentors de David Murray, tels les musiciens Lawrence «Butch» Morris et Sun Ra, ou encore à l'auteur Ishmael Reed, auquel le jazzman emprunte le texte Red Summer qui revient sur la tuerie à Charleston en 2015 dans un temple méthodiste noir.


Enfin, de cette complicité musicale couplée à des convictions morales et éthiques similaires, les plus avisés noteront que ce duo s'inscrit finalement dans la liste des précédentes associations de David Murray, à l'image de l'incendiaire disque New Music New Poetry (1982) signé par Amiri Baraka, en trio avec le batteur Steve McCall et David Murray. CQFD. 

Accompagné de musiciens aguerris, le contrebassiste et complice de Roscoe Mitchell, Jaribu Shahid, sideman de Murray depuis leur disque hommage à John Coltrane en 2000, le batteur Nasheet Waits et le nouveau venu, le pianiste Orrin Evans, David Murray et Saul Williams occupèrent la scène du théâtre sans interruption, et sans temps mort, pendant presque deux heures. Un concert mémorable confirmant, au besoin, la réputation non usurpée du saxophoniste ténor comme un des géants du jazz contemporain, et la place unique de Saul Williams dans le paysage musical actuel.

De la Great Black music.


David Murray Infinity Quartet
David Murray (Saxophone ténor, clarinette basse, direction)
Orrin Evans (Piano)
Jaribu Shahid (Contrebasse)
Nasheet Waits (Batterie)
Saul Williams (Spoken word)
 


 Plus de photos sur notre tumblr.
___________________________________________________________________________________________________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire