Live report : All Them Witches - La Maroquinerie, Paris, 29 septembre 2017

Auteurs en 2015 de l'excellent Dying Surfer Meets His Maker, les All Them Witches revenaient en février de cette année avec un quatrième album, le dénommé Sleeping Through the War. Moins bluesy que leur précédent essai, le disque produit par Dave Cobb, spécialisé dans la country et l'americana [1], ouvrait une nouvelle voie, sinon plus consensuelle, du moins plus mélodieuse (démarche convaincant dès lors timidement le préposé à la chronique...). En concert outre-Atlantique depuis le 3 mars dernier jusqu'au 17 juin, en attendant une seconde vague à partir du 3 novembre, les quatre musiciens en provenance de Nashville entamaient leur tournée sur le sol européen le 7 juillet dernier aux Eurockéennes de Belfort. Quasiment une année après leur précédent concert parisien à La Maroquinerie le 10 octobre 2016, les All Them Witches débarquaient cette fois-ci au Trabendo, dans l'espoir non feint pour le préposé, que le concert du soir fasse taire les quelques doutes nés d'un dernier album à la production un peu trop propre.

En première partie de la formation étasunienne depuis le 20 septembre, le duo texan The Ghost Wolves, ouvrit la soirée. Formé d'une chanteuse/guitariste et d'un batteur, le groupe a sorti cette année un deuxième album TEXA$ PLATINUM en avril dernier. Adepte d'un rock nourri à l'urgence, The Ghost Wolves convainc, sans surprise, davantage en live que sur disque. Mieux, la prestation brute prit un virage bien plus mordant et saignant quand la dame à la voix fluette changea sa six cordes pour une guitare monocorde.


Plus de photos sur notre tumblr.

http://theghostwolves.com


Avec une setlist principalement axée sur leur dernier opus et leur deuxième album, les All Them Witches firent le pari de concilier les chansons de Sleeping Through the War, synonymes de leur nouvelle ambition, avec celles de leur premier chef d'œuvre Lightning at the Door. Or l'exécution sans faille, du charisme à la voix blues de Charles Michael Parks Jr., au feeling bluesy des quatre musiciens [2], tout concordait, ce soir-là, à faire rapidement oublier les craintes précédemment évoquées, l'interprétation live gommant inévitablement la production controversée de Dave Cobb [3]. Privilégiant davantage les titres longs, étirant au besoin le format de leurs chansons les plus courtes, le groove incandescent des étasuniens fit le reste pour s'assurer le soutien d'une salle conquise, dès les premières mesures du tellurique When God Comes Back. Se concluant par trois chansons issues de STTW dont le lyrique et troublant Am I Going Up ?, les ATW assénèrent finalement en guise de rappel le troublant Swallowed by the Sea de LATD.

Brillant.



Plus de photos sur notre tumblr.

https://allthemwitches.bandcamp.com/

Setlist :
01. Howdy Hoodee Slank / 02. When God Comes Back / 03. 3-5-7 / 04. The Death of Coyote Woman / 05. Elk Blood Heart / 06. Charles William / 07. Talisman / 08. Internet / 09. Blood and Sand : Milk and Endless Waters / 10. Bulls / 11. Alabaster / 12. Am I Going Up ? / Rappel : 13. Swallowed by the Sea
_________________________________________________________________________________________________

[1] Il fut lauréat de deux Grammy Awards en 2015 pour le meilleur album de Country, Traveller de Chris Stapleton, et pour le meilleur album d'Americana, Something More Than Free de Jason Isbell.

[2] Ajoutons que le batteur Robby Staebler a soigné sa « Bonzoïte aiguë » depuis la précédente tournée, il ne cherche plus à jouer les batteurs d'un Led Zeppelin 2.0.  Dès lors, une prestation moins bucheronne des plus appréciables !

[3] Le groupe bénéficiant contrairement au précédent concert parisien (d'après les souvenirs du préposé) d'un son exceptionnellement bon.

2 commentaires:

  1. Petite déception de ne pas avoir eu Cowboy Kirk, meilleur morceau du dernier album pour moi.
    Merci pour ta review !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! You're welcome et bienvenu !
      Je t'avouerai que la setlist de leur concert danois (deux trois jours auparavant) était disponible sur internet. Donc je ne fus pas surpris par le contenu.
      Pour ma part, j'étais au contraire ravi qu'ils jouent en dernier morceau avant le rappel Am I Going Up ?, sans doute ma préférée :-)

      Supprimer