Live Report : Tindersticks présente "Minute Bodies" - Cité de la Musique, 2 juillet 2017

Dans le cadre de la huitième édition du festival Days Off du 30 juin au 10 juillet prochain, les Tindersticks présentaient le dimanche 2 juillet au public parisien, à la Cité de la Musique, leur nouvelle création, le ciné-concert Minute Bodies. Présenté quelques mois plus tôt, en avant-première en février, lors du Festival International du Court Métrage de Clermont-Ferrand, avant de parcourir avec parcimonie l'Europe (1), Minute Bodies rend un hommage au naturaliste et documentariste Percy Smith. D'un montage signé par le chanteur Stuart Staples à partir de divers courts métrages réalisés par l'un des pionniers de la photographie « accélérée » ou time-lapse et du micro-cinématographe (The Birth of a Flower en 1910), produits pour le British Instructional Films entre les années 20 et le mitan des années 40, le ciné-concert avait l'occasion de montrer une fois encore une nouvelle facette du talent unique de la formation originaire de Nottingham.
 
 
Ciné-concert joué en deux représentations le même jour, une première en fin d'après-midi (celle à laquelle nous assistâmes) puis une seconde en début de soirée, chacun des deux sets se virent également suivi en guise de seconde partie par un concert des Tindersticks d'un peu moins d'une heure.

Co-écrit avec Thomas Belhom et Christine Ott, à mi-chemin entre leur collaboration privilégiée avec la cinéaste Claire Denis et la musique composée pour la commémoration du centenaire de la Grande Guerre au Musée In Flanders Fields de Ypres, Minute Bodies surprend autant qu'il envoute. Sur scène, dans une quasi pénombre, éclairé pudiquement par quelques ampoules, le groupe accompagne ces images insolites composées de germination, de floraison, mousses et autres petits amphibiens. Hypnotique, captivante, enchanteresse, leur musique sied parfaitement à cet univers tour à tour naïf et pré-psychédélique. Le temps d'un court entracte, les sept musiciens revenaient sur scène afin de jouer quelques chansons de leur riche répertoire.

 
Débutant par le bouleversant Medicine issu de The Something Rain (2012), ce second set confirmait au besoin les qualités scéniques de la formation. "You're the best band in the world" pouvait-on entendre du fond de la salle. Une affirmation qui tendrait à confirmer pourquoi le préposé à la chronique se presse de les voir sur scène dès qu'il le peut. A l'instar de leur concert au Théâtre des Bouffes du Nord l'année dernière, le groupe privilégia les titres récents de How He Entered du dernier album à My Oblivion du mésestimé Waiting for the Moon. Seul concession à la nostalgie, Stuart Staples & co jouèrent les intemporels My Sister et Sleepy Song, et le très rare Drunk Tank.

Magique.

En attendant le prochain album.


Setlist du concert de l'après-midi :

Première partie :
01. Percy's Theme / 02. Gathering Moss / 03. Magic Myxies / 04. Peas and Ques / 05. Tiny Honey Gatherers / 06. World In A Wine Glass / 07. Fireworks / 08. The Strangler / 09. Percy's Dream / 10. Brewsters Magic / 11. Reverse Frog / 12. Life Cycle of a Newt / 13. Reproduction Montage / 14. Scarlet Runner / 15. Percy's Dream (Reprise)

Seconde partie :
01. Medicine / 02. Come Feel the Sun / 03. My Sister / 04. Say Something Now / 05. Sleepy Song / 06. Drunk Tank / 07. My Oblivion / Rappel : 08. How He Entered / 09. A Night So Still
___________________________________________________________________________________________________

(1) En mars à Nantes et à Copenhague, en avril à Rotterdam, en mai à Bruxelles, en juin à Londres et Metz et prochainement en aout à Hambourg. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire