La forteresse cachée - Akira Kurosawa (1958)

Dans le cadre de la seconde rétrospective (1) consacrée à Akira Kurosawa débutée le 25 janvier dernier, il est désormais possible de (re)voir sur grand écran en copie restaurée La forteresse cachée, premier film au format panoramique du cinéaste, et lauréat de l'Ours d'argent du meilleur réalisateur au festival de Berlin en 1959. Succès critique et populaire lors de sa sortie, le film laissait le cinéaste quitter momentanément l'univers sombre et pessimiste de ses précédentes adaptations qui lui valurent des échecs commerciaux, Le château de l'araignée et Les Bas-Fonds (2), pour aborder un sujet plus léger et à grand spectacle de son propre aveu. D'une histoire originale se situant dans le Japon féodal du 16ème siècle, La forteresse cachée eut un impact notable sur le cinéma mondial tant sa réalisation et le traitement de son sujet étaient novateurs, une influence qui dépassa les frontières et les époques, à l'instar d'un certain George Lucas qui s'en inspira pour créer sa trilogie Star Wars. A (re)découvrir.
 
Japon, 16ème siècle. La guerre opposant les clans Yamana et Akizuki s'est conclue par la défaite de ce dernier. Tahei (Minoru Chiaki) et Matashichi (Kamatari Fujiwara), deux paysans pauvres et querelleurs cherchent à contourner la ligne de front pour retourner chez eux. Après s'être échappés du château des Akizuki où ils étaient emprisonnés et forcés à retrouver le trésor de 5 000 pièces d'or du clan vaincu, les deux hommes découvrent dans une rivière un morceau d'or dans une branche d'arbre. Peu de temps après, ils font la rencontre d'un homme dont ils ignorent la véritable identité, qui n'est autre que le général Rokurota Makabe (Toshirô Mifune), l'un des derniers survivants des Akizuki, et en charge de la protection de la Princesse Yuki Akizuki (Misa Uehara), héritière du clan...
    
  
D'un scénario évoquant Les Hommes qui marchèrent sur la queue du tigre, réalisé par Akira Kurosawa en 1945 (3), inspiré de l'histoire vraie au 12ème siècle du seigneur Minamoto no Yoshitsune qui accompagné de ses samouraïs dut fuir Kyoto et les hommes de son demi-frère Yoritomo désormais à la tête du clan familial, le metteur en scène japonais signe avec La forteresse cachée une fresque épique d'une richesse rarement égalée. Tourné en grande partie en décors naturels, ce premier film du réalisateur des Sept samouraïs au format large anamorphosé, plus précisément en TohoScope du nom du studio nippon, confirme une fois encore sa maîtrise visuelle unique : objectifs de longue focale, caméras multiples, format large, toutes ces techniques confèrent à rendre certaines scènes des allures de véritables tableaux, Akira Kurosawa exploitant au maximum les possibilités offertes par la profondeur de champ ou le nouveau format (par exemple lors de la scène du duel entre les deux généraux Makabe et Tadokoro). 

De même, La forteresse cachée conforte le soin particulier qu'apportait le cinéaste à ses scénarios. Derrière une apparente simplicité, ou le périple d'une princesse accompagnée d'un fidèle général et deux paysans devant traverser les lignes ennemies pour pouvoir rejoindre leurs terres, l'histoire entrecroise avec brio les genres et les niveaux de lecture. Film d'aventure mêlant action et humour, le scénario écrit à huit mains (Hideo Oguni, Shinobu Hashimoto et Ryûzô Kikushima ont coécrit avec le réalisateur le scénario du Château de l'araignée, tandis que les deux premiers sont également les coauteurs de celui des Sept samouraïs) alterne autant les moments burlesques que dramatiques. A ce titre, les deux paysans apportent une touche de légèreté manifeste, leurs nombreuses disputes, motivées ou non par leur cupidité et leur lâcheté, les définissent par essence comme des personnages comiques ; manipulés par le noble général Rokurota Makabe, qui utilise leur soif de l'or pour transporter le trésor du clan en lieu sûr, Tahei et Matakishi pourraient apparaître rapidement comme de simples bouffons. Or ils n'en demeurent pas moins dangereux du fait de leur faiblesse et pauvreté : peu digne de confiance, sans illusion, ils sont prêts à tout moment à s'enfuir avec le trésor ou à dénoncer leurs camarades de fortune. Moderne par son traitement narratif où nul personnage est blanc ou noir, La forteresse cachée l'est également par l'introduction du personnage de la princesse Yuki. Féministe avant l'heure, l'héritière Akizuki, qui fut élevée comme un garçon par son père, lutte pour la survie de son clan, n'hésitant pas à remettre en cause les traditions paternalistes comme le sens de l'honneur et du sacrifice de ses sujets. 

 
Comme indiquée en préambule, si le film eut une influence manifeste par la suite, La forteresse cachée, contrairement à Yojimbo ou aux Sept samouraïs, n'a pas connu d'adaptation directe en Europe ou Outre-Atlantique. Quant au rôle que joua le chef d'œuvre de Kurosawa sur George Lucas, ce dernier eut l'intelligence de s'en inspirer en transposant plusieurs éléments sans effectuer de copier-coller. Au-delà de l'histoire qui rappelle le film de 1977, Lucas indiqua maintes fois s'être davantage inspiré des deux paysans comme source des deux droïdes C-3PO et R2-D2, le récit dans les deux films étant vu par les personnages les plus faibles ; et une influence qui touchera toutefois l'ensemble de la trilogie, la poursuite à cheval du général Makabe évoquant étrangement une autre poursuite en speeder sur Endor dans Le Retour du Jedi (1983)...
  
Un classique.






Crédit photos : LA FORTERESSE CACHÉE © 1958, TOHO Co., Ltd. Tous droits réservés.


Kakushi-toride no san-akunin (La forteresse cachée) | 1958 | 139 min
Réalisation : Akira Kurosawa
Scénario : Ryûzô Kikushima, Hideo Oguni, Shinobu Hashimoto & Akira Kurosawa
Avec : Toshirô Mifune, Misa Uehara, Minoru Chiaki & Kamatari Fujiwara
Musique : Masaru Satô
Directeur de la photographie : Kazuo Yamazaki
Montage : Akira Kurosawa
___________________________________________________________________________________________________

(1) Le plus dignement (1944), Un merveilleux dimanche (1947), L'ange ivre (1948), Chien enragé (1949), Vivre (1952), La forteresse cachée (1958), Sanjuro (1962) et Barberousse (1965).

(2) Ces deux films étaient inclus dans la première rétrospective de mars 2016 avec : Qui marche sur la queue du tigre… (1945), Je ne regrette rien de ma jeunesse (1946), Vivre dans la peur (1955), Les salauds dorment en paix (1960), Yojimbo (1961), Entre le ciel et l'enfer (1963).

(3) Censuré par les autorités d'occupation américaines, le film ne sortit que sept ans plus tard, soit une année après le Traité de San Francisco (ou Traité de paix avec le Japon) provoquant la fin de l'administration militaire des forces alliées (SCAP) qui était chargée de gérer l'occupation de l'archipel.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire