The 'Burbs - Joe Dante (1989)

Deux années après sa relecture délirante et parodique du Voyage fantastique de Richard Fleischer nommée L'aventure intérieure, Joe Dante revenait aux affaires avec cette fois-ci une comédie satirique, The 'Burbs, portrait caustique de l'American way of life et de la vie en banlieue dans les petites villes étasuniennes. Obscur long métrage en France, ce dernier n'ayant bénéficié d'aucune sortie en salles dans l'hexagone (on y reviendra), The 'Burbs a connu Outre-Atlantique une autre destinée. Au départ succès modeste lors de sa sortie, celui-ci accéda au cours de la décennie suivante au statut de film culte. Et une comédie mordante signée du père des Gremlins disponible pour la première fois en Blu-Ray le 1er décembre en version restaurée 2K dans le cadre des coffrets ultra collectors de Carlotta (1).

Missouri. Ray Peterson (Tom Hanks) habite Mayfield Place, rue sans issue située dans la ville de banlieue Hinkley Hills. En congé pour une semaine, ce père de famille a choisi de profiter de la quiétude de son quartier, en dépit des remontrances de son épouse Carol (Carrie Fisher). Or d'étranges événements ont lieu depuis qu'une nouvelle famille, les Klopek, s'est installée dans la rue. Non contents de rester invisibles aux yeux du voisinage, de négliger l'entretien de leur demeure et de leur terrain, ces derniers sont rapidement soupçonner par Ray, Art (Rick Ducommun), et le lieutenant vétéran Mark Rumsfield (Bruce Dern) d'être responsables de la disparition de leur voisin Walter. Les trois voisins décident alors de les espionner...
 

Filmé à la fin du mandat de Ronald Reagan, The 'Burbs s'inscrit par son ton subversif comme une attaque en règle contre la vision utopique et caricaturale des banlieues présentée durant la décennie 80. Mieux, Dante exploite les stéréotypes des banlieues pavillonnaires pour davantage satiriser certaines valeurs conservatrices de l'Amérique des classes moyennes. Ridiculisant le comportement de ces habitants à la vie hyper codifiée, à travers le fouineur Art ou le vétéran Rumsfield, avec peignoir à l'imprimé camouflage en sus, le réalisateur dénonce, du moins se moque ouvertement, de l'atmosphère paranoïaque régnant en ces lieux. Élément perturbateur aux codes du savoir-vivre des banlieues, les Klopek, voisins murés, quasi invisibles, constituent une anormalité dans ce milieu policé. Avec leur physionomie toute droite sortie d'un film de monstres, du neveu lycanthrope Hans au savant fou Werner, sus un thème musical et divers effets cinématographiques caricaturaux associés au film d'horreur, ces nouveaux riverains de Mayfield Place incarnent idéalement le cliché du voisin bizarre... Avant d'apparaître par la suite aux yeux de Ray et consorts en dangereux satanistes (à l'instar de l'adolescent de Vampire, vous avez dit vampire ? de Tom Holland qui croit reconnaître en face de chez lui un congénère du comte Dracula) après la disparition de Walter.

Grand adepte de l'hybridation des genres, Joe Dante n'oublie pas de faire entrecroiser dans The 'Burbs ses familières inclinations tant du point de vue narratif que visuel. A partir d'un environnement des plus quelconques, le réalisateur de Small Soldiers étoffe en premier lieu différents aspects de la comédie : de la satire à l'humour noir, en passant par le burlesque estampillé cartoon (la scène où Art se fait électrocuté), avant de lorgner vers le thriller et le fantastique, à mesure que le récit décrit les activités louches ou supposées de ces singuliers voisins.


Doté d'un budget de 18 millions de dollars, The 'Burbs en rapporta plus du double. Succès public modéré (il fut toutefois en tête du box-office US hebdomadaire deux semaines de suite), le film rencontra par contre un accueil critique des plus sévères. Ajoutons un sujet qu'on pourrait taxer trivialement d'américano-américain, il n'en fallait sans doute pas plus aux distributeurs français pour snober la sortie du nouveau film de Joe Dante (le titre Les banlieusards étant réservés à la Belgique). Choix d'autant plus étonnant que Tom Hanks avait connu un certain succès l'année précédente en France avec Big. Fin de l'aparté.
 
Tourné dans les studios d'Universal, dans la fictive Colonial Street (qui sera utilisée deux décennies plus tard pour matérialiser Wisteria Lane dans la série Desperate Housewives), le film a la particularité d'avoir été filmé lors de la grève des scénaristes de 1988. D'un scénariste désormais interdit de plateau (2), Dante profita de ce nouvel espace de liberté pour offrir plus de place à l'improvisation en s'appuyant sur l'imagination de ses acteurs, devenus, par ce concours de circonstances, coscénaristes de fortune. Enfin, le réalisateur de L'aventure intérieure pouvait compter, en plus des acteurs principaux dont Bruce Dern débridé, sur plusieurs figures récurrentes de son cinéma telles Wendy Schaal, Henry Gibson, ou le duo Dick Miller / Robert Picardo (3). Comme en famille.


Long métrage signant la sixième collaboration entre Jerry Goldsmith et Joe Dante, The 'Burbs offre au final une amusante vision décalée de l'American way of life. Le réalisateur y opère ici avec brio et malice une farce gentiment grinçante où sa cinéphilie fait une fois encore merveille.

Le coffret contient comme suppléments une préface de Frank Lafond, la copie de travail d'origine, issue de la VHS personnelle de Joe Dante, comparaison des principales différences entre la copie de travail et la version cinéma du film, la fin alternative, un entretien exclusif avec le réalisateur, plusieurs archives promotionnelles et Les monstres de Mayfield Place, le livre de 200 pages qui revient sur la genèse du film, y explore certains thèmes clés et retrace la carrière Joe Dante, de Jerry Goldsmith et de l'ensemble des acteurs.

A (re)découvrir.



Crédits Photos : THE ‘BURBS (LES BANLIEUSARDS) © 1988 UNIVERSAL CITY STUDIOS, INC. Tous droits réservés. TM & © 2016 UNIVERSAL STUDIOS INTERNATIONAL BV. Tous droits réservés.


The 'Burbs (Les banlieusards) | 1989 | 101 min
Réalisation : Joe Dante
Scénario : Dana Olsen
Avec : Tom Hanks, Bruce Dern, Carrie Fisher, Rick Ducommun, Corey Feldman, Wendy Schaal, Henry Gibson & Dick Miller
Musique : Jerry Goldsmith
Directeur de la photographie : Robert M. Stevens
Montage : Marshall Harvey
__________________________________________________________________________________________________ 

(1) Ce cinquième coffret fut précédé par ceux consacrés à Body Double, L'année du dragon, Panique à Needle Park et Little Big Man.

(2) A défaut de pouvoir participer à une éventuelle réécriture du script lors du tournage, Dana Olsen put contourner cet obstacle en qualité de producteur du film et acteur (il joue un des policiers de la scène finale).

(3) Plus Corey Feldman, alias le jeune Pete Fountaine dans Gremlins, qui allait désormais tomber dans les limbes de l'oubli / du ridicule / etc.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire