Cute Girl | Green Green Grass Of Home - Hou Hsiao-hsien (1980-1982)

Lauréat du Prix de la mise en scène lors du festival de Cannes 2015 pour The Assassin, Hou Hsiao-hsien est devenu depuis une trentaine d'années un des réalisateurs les plus influents du cinéma contemporain. Modèle pour les jeunes cinéastes chinois dès les années 1980 en compagnie d'Edward Yang (Yi yi), Chen Kun-hou ou Wan Jen, avec qui il cosignera en 1983 le film-manifeste L'homme-sandwich, cette figure emblématique de la Nouvelle Vague taïwanaise eut droit en mars dernier, du 2 au 31, à une rétrospective à la Cinémathèque française, quelques semaines après avoir présenté en ce lieu et en avant-première son nouveau long métrage primé. Or dans la continuité de cet hommage, cinq œuvres de jeunesse du cinéaste (1), dont trois inédits, ressortent dans les salles le mercredi 3 août 2016 en version restaurée dans le cadre d'une rétrospective initiée par Carlotta.

Tourné à l'âge de 32 ans, après avoir exercé ses talents d'assistant dans la seconde moitié des années 70 pour des cinéastes comme Li Xing, Chen Kunhou ou Lai Chengying, Hou Hsiao-hsien se lance dans la réalisation de son premier long métrage. Écris, tourné et monté en seulement deux mois, Cute Girl s'affiche comme l'acte de naissance d'un début de carrière placé sous le signe du cinéma populaire avec, pour incarner les deux personnages principaux, les deux grandes vedettes de l'époque : le Hongkongais Kenny Bee et la Taïwanaise Feng Fei-fei. 

Jeune fille aisée promise au fils d'un riche industriel (Anthony Chanque son père a choisi pour elle comme époux, Wenwen (Feng Fei-fei), prise par le doute, quitte Tapei pour rejoindre sa tante qui vit à la campagne. Elle y fait la connaissance de Daigang (Kenny Bee), jeune géomètre citadin d'origine modeste venu faire avec ses collègues des mesures dans le village pour la prochaine construction d'une route, projet qui n'est pas s'en créer des tensions avec une partie de la population locale...
  

Dans la tradition des comédies romantiques, avec son lot de chansons pop interprétées par le duo précités, Cute Girl s'écarte peu du cahier des charges du cinéma commercial insulaire de l'époque. Un succès populaire à sa sortie, qui poussa Hou-Hsia-hsien et son trio d'acteurs à réitérer l'expérience avec Cheerful Wind l'année suivante. Si ce premier effort s'inscrit dès à présent dans les thématiques chères au réalisateur, celle du passage, de la campagne à la ville (et vice-versa), Cute Girl apporte toutefois peu d'éléments indiquant ses futures œuvres majeures tant l'histoire romancée et sa conclusion conservatrice (2) ressortent du pur cinéma commercial. Un film à découvrir toutefois pour les plus curieux afin de découvrir les esquisses formelles et les premiers pas d'un cinéaste au style justement unique.



Crédits photo : © 1980 CHARLES TSO. Tous droits réservés.

JIU SHI LIU LIU DE TA (Cute Girl) | 1980 | 90 min
Réalisation : Hou Hsiao-hsien
Production : Yieh Chen-feng
Scénario : Hou Hsiao-hsien
Avec : Feng Fei-fei, Kenny Bee, Anthony Chan
Musique : Zou Hong-yuan
Directeur de la photographie : Chen Kun-hou
Montage : Liao Ching-sung


Troisième long métrage de Hou-Hsia-hsien, Green Green Grass Of Home, connu également sous le titre français L'herbe verte de chez nous, amorce un virage dans la jeune filmographie du cinéaste chinois. Dernier film de sa trilogie avec l'acteur Hongkongais Kenny Bee, celui-ci sans s'éloigner du strict cadre du cinéma commercial taïwanais, les deux acteurs principaux interprètent comme il se doit de nouveau des chansons romantiques, Green Green Grass Of Home indique néanmoins nombre d'évolutions notables dont un scénario davantage plus personnel. 

Originaire de Taipei, Ta-nien (Kenny Bee) remplace en cours d'année sa sœur, partie suivre son époux en Indonésie, en tant que nouvel instituteur dans un village. Au cours de son arrivée, il fait la connaissance de ses nouveaux élèves, dont les « trois mousquetaires » composé des espiègles Cheng-kuo, Chin-shui et Wen-chin, ainsi que de sa nouvelle collègue Su-Yun (Chen Mei-feng)...


Nourri des souvenirs de jeunesse du cinéaste, à l'instar de la présence introductive et finale du train, Green Green Grass Of Home atteste un style plus mature de la part d'Hou-Hsia-hsien. La romance dont l'intérêt reste toujours des plus limités (la faute en partie aux deux interprètes), voit sa position réduite à sa portion congrue, à l'instar du personnage joué par Chen Mei-feng ramené à sa propre fonction usuelle et décorative. Film de transition, Green Green Grass Of Home aborde pour la première fois une chronique sur l'enfance, dont le traitement comique n'est pas sans évoquer celle du maître japonais Yasujiro Ozu (Bonjour). Mieux, portée par le naturel des jeunes interprètes, l'histoire, complétée de nombreuses scènes en partie improvisées et d'un message écologique inattendu, annonce la future quadrilogie autobiographique de son auteur, et en particulier Un été chez grand-père (1984). En attendant la suite, sa rencontre avec la romancière Chu T'ien-wen et la rupture cinématographique nommée Les Garçons de Fengkuei.


Crédits photo : © 1982 CHARLES TSO. Tous droits réservés.


ZAI NA HE PAN QING CAO QING (Green Green Grass Of Home)| 1982 | 98 min
Réalisation : Hou Hsiao-hsien
Scénario : Hou Hsiao-hsien
Avec : Kenny Bee, Chiang Ling, Chen Mei-feng
Musique : Zou Hong-yuan
Directeur de la photographie : Chen Kun-hou
Montage : Liao Ching-sung
_________________________________________________________________________________________________

(1) Cute Girl (1980), Green Green Grass Of Home (1982), Les Garçons de Fengkuei (1983), Un temps pour vivre, un temps pour mourir (1985) et Poussières dans le vent (1986).

(2) La morale est sauve : le géomètre n'est finalement pas sans le sou. Ouf !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire