Maniac Cop - William Lustig (1988)

Absent depuis 1983 et son Vigilante avec Robert Forster et Fred Williamson, William Lustig revenait cinq années plus tard aux affaires déviantes avec un nouveau film d'horreur intitulé Maniac Cop. Clin d'œil évident à son culte et traumatisant Maniac interprété par le regretté Joe Spinell, ce troisième film (1), écrit par Larry Cohen (Le monstre est vivant), et produit par James Glickenhaus, marquait l'acte de naissance d'un nouveau croque-mitaine, Matt Cordell. Vision personnelle et revisitée d'un certain type de slashers devenus recette à succès au cours de la décennie 80, ce nouveau tueur en série cédait à Freddy Krueger et autres Jason Vorhee les plaisirs simples de massacrer la jeunesse américaine, pour mieux occire sans distinction l'innocent venu chercher de l'aide auprès de cette silhouette portant l'uniforme de la police new-yorkaise. Un film désormais disponible en Blu-ray et DVD le 6 juillet prochain, dans le cadre de la Midnight Collection éditée par Carlotta.

New-York, une série de meurtres sanglants est perpétrée depuis peu. Or les témoins affirment que le tueur porte un uniforme de policier. En charge de l'enquête, le lieutenant McCrae (Peter Atkins) est persuadé que l'auteur de ces crimes est bien l'œuvre d'un policier fou. Contre l'avis de ses supérieurs, McCrae donne l'information à une amie journaliste afin de protéger les new-yorkais. Tandis que l'effet inverse se produit, et qu'une véritable psychose s'empare de la population, l'agent Jack Forrest (Bruce Campbell) est soupçonné d'être le maniac cop, depuis la découverte du cadavre de sa femme dans une chambre d'un motel voisin, le journal intime de son épouse indiquant que celle-ci le suspectait d'être le tueur en série. Mais l'inspecteur McCrae est convaincu de son innocence…
 
 
    
Film devenu culte au fil des années (2), Maniac Cop s'inscrit rapidement comme un des derniers représentants du genre susmentionné en préambule. Production indépendante, à la différence de la franchise Chucky sortie la même année (distribué par la MGM puis Universal), William Lustig s'est entouré de proche et d'une équipe rodée au budget restreint : du chef opérateur James Lemmo (Vigilante, L'ange de la vengeance d'Abel Ferrera), au compositeur Jay Chattaway (depuis Maniac et responsable de bande originale pour plusieurs productions Cannon dont Portés disparus et Invasion USA).

Sans aller vers la critique mordante d'un John Carpenter, le scénario de Larry Cohen et son serial killer issu des forces de l'ordre n'est pas sans évoquer la défiance d'une certaine partie de la population vis à vis de ceux qui sont censés les protéger et qui abusent de leur pouvoir. Dommage toutefois que Cohen ne développe pas davantage ce contexte social sans nuire au format de la série B à l'instar du très corrosif et subversif Invasion Los Angeles sorti quelques mois plus tard. 

 
   
D'une facture classique, à défaut de véritablement surprendre, William Lustig réalise un film efficace à mi-chemin entre le thriller et l'horreur (sans verser dans le gore). Avec des acteurs spécialistes également du genre bis, de Peter Atkins, second rôle coutumier des productions du maître Carpenter (Fog, New-York 1997, etc.), à Bruce 'Evil Dead' Campbell accompagné de Sam Raimi le temps d'un petit caméo dans le rôle d'un journaliste commentant la parade de la Saint-Patrick, l'actrice Laurene Landon, William Smith, Richard 'Superfly' Roundtree, ou bien le propre oncle du réalisateur, un certain Jack 'Raging Bull' LaMotta, sans oublier Robert Z'Dar, roi de la série Z, dans le rôle-titre, Maniac Cop ravira les amateurs. 

Un premier volet qui sera suivi de deux autres séquelles toujours réalisées par Lustig en 1990 et 1993.







Crédits photo : © 1988 Shapiro Glickenhaus Entertainement


Maniac Cop | 1988 | 85 min
Réalisation : William Lustig
Production : Larry Cohen, James Glickenhaus
Scénario : Larry Cohen
Avec : Tom Atkins, Bruce Campbell, Laurene Landon, Richard Roundtree, William Smith, Robert Z'Dar, Sheree North
Musique : Jay Chattaway
Directeur de la photographie : James Lemmo, Vincent J. Rabe
Montage : David Kern
________________________________________________________________________________________________

(1) En ne comptant pas ses deux premiers films pornographiques : The Violation of Claudia et Hot Honey signés du pseudonyme Billy Bagg.

(2) Si son succès en salle fut mitigé lors de sa sortie, le film gagna en popularité par la suite dans les vidéo-clubs.
  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire