Cronico Ristretto : Asia | Urban Dance | Warpath - Boris (2015)

Après leur précédent album très rock Noise en 2014, dans la lignée de Attention Please et New Album, trois ans plus tôt, qui avait vus Boris s'offrir une nouvelle mue shoegaze et dream pop, avant d'aborder à leur manière un rock alternatif post-Sonicyouthien, la formation tokyoïte créa la surprise en annonçant fin avril 2015, via le réseau social Zuckerbergien, la sortie imminente et simultanée d'une trilogie le 2 mai. Asia, Urban Dance et Warpath, soit leur vingtième, vingt-et-unième et vingt-deuxième album, promettaient, en sus de confirmer les poussées créatrices du trio (1), le retour de leurs aspirations expérimentales, comme semblait indiquer le choix d'éditer ces trois disques sur leur propre label, Fangs Anal Satan.


A défaut d'être un ordre de préférence, le préposé ne saurait vous conseiller de débuter l'écoute de ces 122 minutes de musique noisy en trois volumes par le varié Urban Dance, ce dernier ayant le précieux avantage d'être de prime abord moins hermétique que ces deux congénères. Passée une entrée en matière bruitiste intitulée en français dans le texte, Un, deux, Trois, le disque s'ouvre par la seule véritable chanson de la trilogie, Surrender, titre qui aurait eu sa place, par sa veine mélodique (et la seule présence de la batterie), sur leurs récents opus. Sans être foncièrement nostalgiques, les deux compositions suivantes Choreographer et Endless opèrent également la relecture d'un passé, plus lointain, en évoquant les assauts soniques du culte Feedbacker. The last but not the least, Game of Death, qui clôt Urban Dance, amplifie le mouvement initié pour aboutir à un maelstrom sonore, le faisant sonner dans sa dernière partie comme une version kamikaze et minimaliste du LA Blues des Stooges. Fin d'un premier acte plutôt prévisible.

    
       
Autre tenue pour notre petite ballerine nippone, autre ambiance avec Asia qui propose cette fois-ci une ambiance plus minimaliste et industrielle avec l'introductif et lancinant Terracotta Warrior, longue plainte de vingt minutes post-metal héritée des hypnoses déshumanisées des premiers Godflesh. Un des titres phares de la trilogie. Plus délicat pour les nerfs et la santé mentale de l'auditeur, la face B de ce disque en laissera par contre plus d'un circonspect, tant ces deux morceaux de dix minutes affichent une tranchante et radicale nouvelle direction. Dès lors, aux plus courageux et masochistes d'apprécier, à leurs justes valeurs, les bricolages du pénible Ant Hill et les improvisations Metal Machine Musicienne de Talkative Lord vs Silent Master. Asia laisse un goût d'inachevé, voire écrivons le, un sentiment de déception. Dommage.

  
      
Dernier volet, dernier costume, Warpath accoste naturellement (enfin ?) les rives du drone, pour commencer par le menaçant Midgard Schlange puis par l'infrabas Behind The Owl. Du solide. Résurgence des expérimentations précédentes, la seconde face reprends là où s'était arrêté d'une certaine manière Asia par Dreamy Eyed Panjandrum (en moins crispant). Puis enfin, le très Sunnien Voo-Vah, en souvenir du fruit de leur ancienne collaboration nommé Altar, ferme le ban dronien. Davantage homogène et abouti, Warpath dissipe un tant soit peu les impressions mitigées relevées précédemment, sans gommer cependant l'aspect fourre-tout d'une telle entreprise.

    
      
Abécédaire subjectif du groupe japonais, cette trilogie de part sa forme hétéroclite, avait toutes les chances d'être inégale. Qu'importe si le résultat est anecdotique. L'intérêt est tout autre. Boris puise de nouveau à la source ; leur prochaine collaboration avec leur compatriote Merzbow, l'album Gensho chez Relapse Records le 18 mars prochain, suivant la même trajectoire par la relecture d'anciens titres de leur répertoire. A voir si les japonais profiteront par la suite de cette parenthèse « récréative » pour rebondir et ouvrir un nouveau chapitre.


Titres :
Urban Dance : 01. Un, Deux, Trois - 02. Surrender - 03. Choreographer - 04. Endless - 05. Game Of Death
Asia : 01. Terracotta Warrior - 02. Ant Hill - 03. Talkative Lord vs Silent Master
Warpath : 01. Midgard Schlange - 02. Behind The Owl - 03. Dreamy Eyed Panjandrum - 04. Voo-Vah
 _________________________________________________________________________________________________

(1) Suite à leur hiatus de trois ans après Smile (2008), Boris sortit trois albums coup sur coup en 2011 dont la redite Heavy Rocks en sus des deux albums cités plus haut, et de leur collaboration avec Merzbow, Klatter.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire