Subsets of Sets - Jakob (2001)

Dans la série groupe exotique, après avoir mis en lumière un trio danois chantre du stoner rock, faut-il s'étonner de noter la présence d'un trio néo-zélandais adepte de post-rock en ces lieux ? Amis du tropisme musical rock'n'rollesque, bienvenue !

Jakob nous vient de Napier, ville dont le patronyme ravira sans aucun doute les admirateurs de Russ Meyer [1]. Le trio formé en 1998 par le guitariste Jeff Boyle, le bassiste Maurice Beckett et le batteur Jason Johnston profita de ses jeunes années pour faire la tournée des pubs de la région et ainsi assoir sa réputation au niveau local [2], profitant de ce tremplin pour sortir un premier EP éponyme l'année suivante. Après un single intitulé Erfo début 2000, le trio enregistre son premier album Subsets of Sets fin de la même année avant sa sortie au mois d'août 2001.
 
On a souvent comparé, le raccourci étant des plus faciles s'agissant de post-rock, Jakob avec le groupe phare en provenance d'Écosse, Mogwai. Or à l'écoute de ce premier album, on est bien loin des atmosphères de Young Team ou Come on Die Young. Premier point, du fait du nombre restreint des musiciens, leur musique pourra apparaitre forcément spontanée et directe - pas de clavier, de flute ou encore de cuivre en support (seul un violoncelle sur deux titres, Aura et Overseen). Évidemment, en bon groupe de post-rock, et comme leurs pairs écossais avant eux, le trio se caractérise par un mur du son, une guitare épique à la fois mélodique où au détour d'un riff se cache une abrasion sonore salvatrice (tel le morceau d'ouverture Drive Here and Then). Mieux, la formation s'abstient de toute préciosité, évoquant par moment le Sonic Youth 90's.

Qui dit trio, dit en général assise rythmique. De ce côté là, et même si le genre n'est pas à proprement parlé réputé pour ses rythmiques cataclysmiques, ce premier album de Jakob annonce judicieusement les groupes affiliés au post-metal, Tool sur Ageena qu'on croirait tout droit sorti d'une version allégée de Lateralus (sorti la même année), voire une autre formation américaine, Isis [3]. Le trio étant avant tout instrumental (seul Ryan compte quelques vocaux éthérés), on pouvait craindre enfin la tentation d'étirer à l'envie les compositions, premier symptôme du syndrome Pelican [4]. Or Subsets of Sets garde un format « chanson », la durée moyenne des titres oscillant vers les quatre minutes. Cela dit, et les rockeux réfractaires aux progressions harmoniques ne me contrediront pas, la plupart des morceaux de l'album étant construits pratiquement selon la même recette, on pourra sentir une certaine lassitude, les décharges soniques faisant le reste pour réveiller l'auditeur...

... reste un bon premier album pour un trio méconnu en nos latitudes.

Album en écoute sur leur site internet.



__________________________________________________________________________________________________

[1] Pour les non Russmeyerophiles, l'acteur Charles Napier (né un 12 avril, jour de la publication de ladite chronique !) avant d'être un second rôle récurent chez Jonathan Demme fut un habitué des délires cinématographiques du père des Vixens.

[2] Rho la belle phrase où on enquille les poncifs... il en faut au moins une par chronique.

[3] Le groupe ayant justement effectué une tournée européenne et étasunienne avec Isis en 2008.

[4] Mal dont sera affecté le trio par la suite.

3 commentaires:

  1. Je les avais justement vu en première partie d'Isis, mais n'ai jamais plus entendu parler d'eux après (ni vu leur album nulle part).C'est un post rock très classique, notamment avec le jeu de batterie, instrument central, mais avec l'originalité d'évoluer en trio, avec une guitare qui pose plus des sons aériens que des mélodies, et une basse qui aide bien au gros son saturé si besoin. j'avais bien aimé leur concert, mais pas autant que celui d'Isis...

    RépondreSupprimer
  2. Des influenceurs de l'ombre, ils resteront des grands oubliés de cette scène...

    RépondreSupprimer
  3. @ Xavier: justement j'ai un peu plus de mal avec leurs dernières productions, plus alambiquées qu'à leur début... à creuser après mettre tant imprégné du premier LP

    @ Benjamin: allez écoute le dernier Burzum, ça va sécher tes larmes ^^

    RépondreSupprimer