Is This It ? - The Strokes (2001) ou le ventre mou du revival rock ?

En lisant la proposition innocente de Thom et son souhait de définitivement régler son compte à une décennie à qui l'on doit la remise au goût du jour du télé-crochet et sa cohorte de produits avariés, le jean slim ou la création de la techtonik, l'auteur de ses lignes n'a pu refréner qu'un sourire sarcastique, quoique honteux. Tirer sur les années 2000 ou celles où on ne dénombre aucun mouvement musical marquant, pour le glorieux, on repassera (1)... tout comme l'énoncé des poncifs cités précédemment? Par contre pour la gaudriole et le fiel, c'est autre chose. Et quoi de mieux qu'un bon vieux Top of the Flops of the Pops of the Blogs of the 2000's ou comment en finir avec cette putain de décennie, pour ainsi couper l'herbe sous le pied aux futurs classements et autres tops que n'importe quel glandu au cours des prochaines semaines va s'empresser de compléter, tout en critiquant au possible celui de son voisin de rédaction. 2001 sonnait enfin le retour du rock, du vrai, avec des guitares (2). Une nouvelle génération de rockeurs prêt à en découdre et à faire rugir les amplis... ou pas.

Is This It ? des Strokes, si on en croit les milieux érudits, n'est rien d'autre que l'un des disques de la décennie écoulée voire carrément une œuvre indispensable à ranger précieusement près d'un Raw Power ou d'un What's Goin' On (3). Rappelons-nous que cet album fut aussi considéré ni plus ni moins comme l'une des meilleurs raisons pour écouter du rock en ce début de "morne" millénaire à grand renfort d'effet de manche et de poudres de perlimpinpin. Les Strokes viennent de New-York, alors n'hésitons plus une minute et réveillons les morts ou anciennes figures du CBGB's et consorts, quitte à se prendre les pieds dans le tapis (4). Bref, sonnez la charge, faites de la place à la nouvelle figure de proue du garage rock en provenance de la Big Apple (5).

Il faut dire que l'emballage avait de quoi faire saliver les plus nostalgiques, un gant de cuir posé sur les fesses d'une demoiselle, belle référence s'il en est à une illustre maîtresse aux bottes chatoyantes issue du passé. Malheureusement, le contenu est loin d'atteindre les promesses éveillées par ces hanches posant crânement. D'une telle image, on attendait un rock corrosif, vicieux, anti-conformiste tout en gardant suffisamment de grâce et de classe, il n'en est rien, juste l'impression d'assister à la naissance d'une nouvelle génération de rockeurs centristes. Et à ce propos, on ne remerciera jamais assez le producteur de la dite œuvre, si on doit retenir quelque chose de Is This It ?, c'est bien ce manque d'intensité à défaut de rugosité. Pour un groupe classé garage, le traitement sonore de ce premier album à oublier de sonner brouillon ou saturé mais a le mérite de nous rappeler au bon souvenir du pire des disques pop 60's. C'est plat, creux, ça sonne étouffé voire essoufflé, digne d'une bouillie sonore trop cuite sortant d'un ampli asthmatique de 5 watts. On en attendait un peu plus d'un disque révolutionnaire où l'aiguille flirte que très rarement avec le rouge le temps d'un ou deux solos (Modern Age). Quant aux références vocales d'un Lou Reed, elles ont de quoi faire sourire tant le chant ultra filtré/chiantissime/n'en rajoutez plus de Julian Casablancas annihile toutes ressemblances avec l'ancien chanteur du Velvet Underground. Un autre exemple type, où est passée la morgue qui fait tant la joie du rock addict ? Diluée, tout est tiédasse dans ce disque.

On passera rapidement sur la première chanson, un brillant exemple de la chienlit sonore de ces new-yorkais ou comment singer l'ouverture magistrale d'un The Velvet Underground & Nico avec une rengaine post-ado imbuvable. Le titre de cette torture infantile est d'ailleurs très bien choisie, est-ce ça, ce truc qui va remettre en selle une scène rock supposée moribonde, tuez par les méchants post-rockeurs? Mais dès le deuxième titre, la fureur sonique d'un mormon épileptique nous fait grâce de sa présence quand soudain un solo velvetien pointe à l'horizon... et pour la crasse? Vous repasserez, merci. Mais profitez en bien, Modern Age est sans doute le meilleur moment de Is This It ?, vu le niveau à suivre, on ira même jusqu'à nommer ceci comme une fulgurance (Alone, Together arrive encore à faire illusion... pour une démo, ne soyons pas si fielleux). Bref le reste est à l'avenant, poussant l'exploit de passer du fade au raté en faisant un crochet vers le terne, avec une mention spéciale pour le batteur qui ne ménage pas ses efforts métronomiques... dignes des meilleurs brasseurs d'air tant sa prestation est atténuée une production aussi faiblarde.

Finalement, cette demie-heure de révolution rock'n'roll n'a pas eu lieu, quoi de plus étonnant en lisant la conclusion fournit par LE torche-derche de la chronique musicale outre-manche, le NME, Is This It ? ou le meilleur premier album de rock avec guitares de ses vingt dernières années, rien de moins... Pas un mauvais album en soit, juste insipide, là où on avait espéré le temps d'un coup (6) un disque synonyme de fraîcheur faute de fureur, on a juste entre les mains un modeste album de pop faussement garage. A noter que l'année suivante, les critiques anglais nous referont le même "coup" avec The Libertines...


____________________________________________________________________________________________________
    
(1) "Parce que tirer sur Phil Collins, tu trouves ça glorieux peut-être?!" me tance l'agent comptable sortant de sa retraite miteuse.

(2) Enfin encore faut-il que ces dernières aient véritablement disparu... On se demande dans quelle direction pointaient les oreilles des pleureuses critiques...

(3) Cf la rubrique Rock'n'Roll : la discothèque idéale, 101 disques qui ont changé le monde de Philippe Manoeuvre... on appréciera au passage par exemple la présence de Pin Ups de Bowie dans la dite liste... sans commentaire.

(4) A sa sortie, les fantômes de Television, Johnny Thunders, The Velvet Underground voire même The Stooges seront ainsi conviés...

(5) On pourrait rajouter dans la liste les australiens de The Vines, les suédois de The Hives mais qui se souvient encore d'eux?

(6) Oui un coup de quoi d'ailleurs ? De bluff ? (Rappel pour les non anglophones, cherchez la définition du mot stroke)

27 commentaires:

  1. Ce qui est super, c'est que l'intro de ton article en fait presque le double inversé de celui de Laiezza :-)

    Sinon bien entendu (pour la forme) : tu es un pauvre connard, de toute façon tu n'as jamais aimé la pop, retourne écouter ton meutal de merde et laisse la bonne musique à ceux qui la comprennent et la ressentent au plus profond. Voilà, ça, c'est fait ;-)

    RépondreSupprimer
  2. merci Thom! J'en attendais pas moins d'un fan de power pop ;-)

    RépondreSupprimer
  3. et une vérité rétablie, une ! les strokes sont mous et oui !
    c'est un peu une assiette de macaronis sans assaisonnement ni accompagnement, c'est fade.
    alors que les libertines, non.

    RépondreSupprimer
  4. J'aimerais bien relever le défi des Libertines, on me pousse insidieusement à le faire, mais si je le fais, ça attendra un peu (de toute façon, j'ai jusqu'à début janvier il me semble)... car écouter au moins 4 fois par jour pendant 4 jours de suite cette plaie qu'est Is This It? ça demande une période de récupération :-D

    RépondreSupprimer
  5. tu t'entraines trop doc !

    RépondreSupprimer
  6. Pour ma part, j'ai écouté cet album sans l'a priori "rock a guitares de méchants en cuir", ce qu'il n'est assurément pas. Et je l'ai adoré pour sa pop mélodique, assez inégalée effectivement cette décennie...

    Par ailleurs, les Libertines, c'est pour moi...

    RépondreSupprimer
  7. Oui mais justement, c'est ce que je reproche aux critiques, qu'ils survendent, ça les regarde, c'est pas plus con que NME, en caricaturant, qui croit avoir trouvé chaque semaine les nouveaux Beatles.
    Après rock à guitares ne riment pas forcément avec affreux, sale et méchant, j'ai pas l'impression que cette définition colle avec Tom Verlaine ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Is it shit ? Hm, je crois que tu y as pertinemment répondu.

    RépondreSupprimer
  9. faudrait sacvoir, chers fans des Libs et des Strokes, c'est du "revival rock" ou c'est de la pop?

    :-)
    en rock, j'ai mieux, et en pop aussi ^^

    ce jue de massacre est vraiment S/M, mais tellement nécessaire

    RépondreSupprimer
  10. Années 2000: décennie s'ouvrant sur le bruit blanc de "Is this it ?" des Strokes et se refermant sur "This is it", boîte noire de Mickael Jackson.

    RépondreSupprimer
  11. @ Christophe: Crois moi ou non, mais j'avais même pas pensé à ce jeu de mot facile... tout se perds XD

    @ Arbobo: pour ma part je prends plus de jouissances à être sadique, hi hi hi

    @ Guic: Ah oui bien vu, je reconnais bien là le fan caché de MJ :-D

    RépondreSupprimer
  12. Je confirme qu'on a encore jusqu'à début janvier.

    Et je t'encourage à attendre un peu... faut en laisser un peu pour les autres, ma crainte en lançant le TOTF dès novembre était (et est toujours) que tous les albums "importants", "populaires"... bref les plus topoftheflopisables soient confisqués au bout de deux semaines et qu'il ne reste aux derniers arrivés que les albums les moins... euh... disons : "inspirants" ! :-)

    RépondreSupprimer
  13. T'inquiète Thom, j'attendrai courant décembre pour en remettre une couche (c'était mon intention quand bien même mon enthousiasme laissait transparaitre le contraire ^^). Puis il me faut tout ce temps pour trouver un album qui m'inspire, pour peu qu'il ne soit pas dans la liste, il n'y a qu'un pas (passe que pour nous fourguer du Tom Waits y'a du monde, et du coup ça laisse moins de place pour les autres :-D)

    RépondreSupprimer
  14. Oui enfin c'est pas OBLIGATOIRE non plus qu'il soit dans la liste, hein...

    RépondreSupprimer
  15. J'avais bien compris cela. Et puis de toute façon, je ne reçois d'ordre que de demoiselles bottées, donc bon... :-P

    RépondreSupprimer
  16. A noter que l'année suivante, les critiques anglais nous referont le même "coup" avec The Libertines...
    --> ouais mais là, tout de suite, si on tire sur l'ambulance...

    RépondreSupprimer
  17. @ Syd: Pourtant tu vois, j'ai plus l'impression de tirer sur l'ambulance en me moquant des Strokes que des Libertines, car finalement hormis les personnes qui furent touchées par la sortie de Is this it? à l'époque, qui se souvient des Strokes aujourd'hui? On a même parlé du syndrome Strokes par la suite pour désigner les jeunes groupes "prometteurs" qui signent un deuxième album décevant. Bref, ils ont tracé tout seul comme des grands la voie vers l'oubli. Finalement, y'a que les Inrocks pour être encore émoustillé quant à la sortie d'un album solo de Casablancas.
    Après les Libertines, oui, y'en aurait à dire, et pas que du bien, enfin disons que d'accoler à leur sortie punk et Libertines faisait déjà sourire à l'époque, et me fait toujours autant poiler aujourd'hui. Mais disons qu'à travers les frasques non musicales de Doherty ou pas (il aurait enregistré des albums solo par la suite), on se souvient encore des Libertines grâce à lui... Pour combien de temps tu me diras? Toujours plus que les Strokes, d'où un certain sentiment de facilité de ma part avant d'écrire un billet sur eux... mais comme une certaine presse parisienne nous a ressorti sa béatitude adolescente il y a peu avec la sortie solo de Casablancas, ça m'a inspiré.

    RépondreSupprimer
  18. Le mythe Strokes s'est effondré pour moi en quelques mois.

    Certes impressionné par leur album, j'étais de ceux qui se sont pressés pour les voir "live", les entendre enfiler d'un air ennuyé tous les morceaux de l'album dans l'ordre, les voir s'éclipser après 45 minutes, les voir refuser tout rappel, m'être dit "ils étaient dans un mauvais jour" et finalement constater avec dépit en creusant un peu que la prestation fut exactement identique partout dans le monde.

    Effectivement faiblard pour un renouveau du rock and roll...

    D'où mon envie de faire une sous-note à la note 5 de bas de page : certes, les Hives ne marqueront pas l'histoire du rock and roll, mais qu'est-ce que je me suis marré à leurs concerts (et eux aussi, on aurait dit!)...
    ;-)

    RépondreSupprimer
  19. @Mmarsupilami: C'est d'autant plus dommage d'être si blasé en concert quand on a tout juste 20 ans! The Strokes, ventre mou ou baudruche, même combat donc :s

    Quant aux Hives, le peu que je me rappelle, ils ont au moins un mérite, celui de ne pas se prendre au sérieux, et c'est déjà beaucoup il me semble :-)

    RépondreSupprimer
  20. mMarsupilami arrive juste avant moi pour dire l'ennui devant un concert des Strokes...
    j'ai cru qu'ils avaient des marques au sol comme les acteurs pour bien caler la Converse...
    les Ramones eux au moins se permettaient de mettre des marques au sol et de les dépasser ! :-)

    RépondreSupprimer
  21. @Yosemite: Justement hier en lisant le comm' du Mmarsupilami, je pensais au contre exemple des Ramones ;-)

    RépondreSupprimer
  22. bon faut leur reconnaître qu'ils ont au moins osé l'anagramme d'"Is it shit?" comme titre; ça c'était rock'n roll ;)...

    RépondreSupprimer
  23. @ Alf: oui mais on en vient à se demander si le jeu de mots est bien volontaire... au moins y'a qqch à retenir de ce fade alboum...

    RépondreSupprimer
  24. Dahu Clipperton04/12/2009 23:10

    Ah merci Doc de leur botter le cul à ces petits cons ! :o)
    Je suis amené à en côtoyer par paquets tous les jours, de ces jeunes gens bien nés qui croient que le rock ça pousse dans les magazines de mode...
    ("arrêtez de déconner, le prochain qui me dit qu'il a du MGMT dans son iPod, je lui fous 2 heures de colle ! Je me suis bien fait comprendre ?")
    Nan mais faut décidément tout leur apprendre ^^

    (cela dit, hormis "The modern age", je veux bien sauver "Last nite" sur ce disque)

    (mais on a aussi tout à fait le droit de s'en contrefoutre :o))

    RépondreSupprimer
  25. @ Dahu: Bon les Strokes, on va laisser de côté un peu le machin... je crois que c'est bon là, on a bien compris, c'est chiasseux ^^

    Quant aux MGMT... eux aussi ils mériteraient une belle page fielleuse... rho la soupe! Mais, car il y a un mais... j'ai déjà fait dans la facilité, je vais pas continuer à tirer sur des ambulances... ceci dit, pourquoi pas, y'a bien Guic' qui nous a confié son amour pour les BB Brunes... alors bon, quelques recadrages ne font pas de mal
    Pis entre donner deux baffes à une paire de branleurs et se moquer d'un alcoolo à la voix cancéreuse, je dis rien, mais j'en pense pas moins :-P

    RépondreSupprimer
  26. Alors là, je te le dis tout net! Je ne suis pas du tout d'accord avec toi! A la fin de ton article tu insinues que ce disque n'est pas plus mal qu'un autre! Non et non! Ce disque est une putain de purge à chier, et ultra surestimé! C'est mauvais, un point c'est tout. Tout comme les libertines, Interpol, et tous les machins chose hype à la con qu'on nous survend pour éviter de faire couler le mag pour lequel on bosse!

    RépondreSupprimer
  27. Si tu étais un peu plus un habitué, tu saurais que le mot pop est loin d'être un compliment de ma part. :-D
    Maintenant, je ne considère pas Is This It? comme une bouse infame, faut pas exagérer... ce qui joue en sa défaveur c'est toute cette hype qu'il y a eu autour durant sa sortie alors que s'il était sorti dans le plus grand anonymat (oui bon, c'est une supposition... Casablancas a-t-il usé des réseaux de son papa?... instant langue de pute :-D) Mais ultra surestimé, c'est une certitude... En 2009, les Strokes vous dites? Ah non, je ne vois pas :-P

    Par contre tu vois, contrairement à toi, je n'ai pas le même jugement sur Interpol :-D

    RépondreSupprimer