Infinite Search - Miroslav Vitous (1969)

Hasard du calendrier, après des journées entières d'interrogation à se demander sur qui, sur quoi le préposé pourrait bien divaguer, ce dernier s’est rappelé au bon souvenir de l’année 1969 et plus précisément sa seconde moitié, celle qui prit de plein fouet la nouvelle révolution Davisienne et ainsi tout ce qu’elle allait déclencher sur son passage : l’éclosion d’une nouvelle génération de musiciens prêt à en découdre.

Et parmi cette génération qui fit ses jeunes gammes durant les 60’s avant d’exploser la décennie suivante (1), le jeune tchèque Miroslav Vitous restera comme l’un sinon LE bassiste prodige des jeunes années du jazz-rock de la fin des années 60 au début des années 70 au sein du Weather Report (avec comme autres chefs de fil le saxophoniste Wayne Shorter et le claviériste Joe Zawinul). En matière d’anecdote, on s’amusera dans un premier temps (2) à constater que le jeune Miroslav durant ses premières années tchécoslovaque joua au conservatoire de Prague avec un autre de ses compatriotes, Jan Hammer (3), qui fit lui aussi les heures de gloire de l’autre futur groupe phare du jazz électrique des 70’s, le Mahavishnu Orchestra.

Après l’obtention d’un premier prix lors d’un concours international de musique à Vienne, le jeune Vitous se voit accorder d’étudier au prestigieux Berklee College où durant cet intermède scolaire d’une année, le (contre)bassiste est déjà sollicité pour intégrer la formation de l’ancien saxophone alto de Miles Davis, Cannonball Adderley. L’année suivant en 1967 à seulement 20 ans, il emménage à New-York où il se fait déjà remarquer et collabore déjà avec des pointures du jazz tels que les trompettistes Freddie Hubbard ou Art Farmer. A partir de 1968, l’horizon s’éclaircit encore davantage puisque Vitous côtoie désormais ce qu’on peut nommer la jeune garde du futur jazz des 70’s, de jeunes musiciens qui comme lui ont déjà joué ou vont jouer avec Miles Davis, le pianiste Chick Corea ou le batteur Jack DeJohnette. On retiendra en particulier le brillant trio qu’il forme avec le pianiste et l’ancien batteur de John Coltrane, Roy Haynes, sur le classique de Corea Now He Sings, Now He Sobs. La même année, et ce jusqu’en 1970, Miroslav intègre la formation du flutiste Herbie Mann, autre rencontre déterminante car en plus de rencontrer le jeune Larry Coryell, le flutiste lui offrit l’opportunité de produire son premier album, Infinite Search.

Parallèlement à une tournée avec le saxophoniste Stan Getz et une participation avec son prochain partenaire du Weather Report, Wayne Shorter sur Super Nova, Miroslav Vitous consacre la fin de l’année 1969 à l’enregistrement de son premier album. Comme je tentais de le souligner à travers les nombreux musiciens rencontrés par Vitous et cités plus haut, ces années-ci, en plus d’être des années charnières pour le jazz, ressemblent à un véritable bouillon de culture avec comme point commun, une figure emblématique, Miles Davis. L’ombrageux trompettiste après avoir flirté avec la fée électricité sur les deux derniers albums de son second quintette (4) publie en effet le 30 juillet 1969, sinon le premier disque de ce genre, tout du moins la première pierre angulaire du jazz-rock, In A Silent Way avec en son sein déjà la future crème du jazz des 70’s… en attendant le deuxième effet cataclysmique Bitches Brew, enregistré le lendemain du festival de Woodstock, soit du 19 au 21 août 1969 (5).

En novembre 1969, sous la houlette d’Herbie Mann, le jeune Miroslav Vitous enregistre ainsi une session aux côtés de sidemen aguerris tels que John McLaughlin, Herbie Hancock, Jack DeJohnette et Joe Henderson, soit trois jeunes musiciens qui ont participés à l’aventure In A Silent Way / Bitches Brew et un souffleur expérimenté ayant déjà croisé la route quelques mois plutôt d’une des sections rythmiques de Davis (6). A l’écoute d’Infinite Search, et en se rappelant que quelques mois plus tôt Vitous a croisé la route de McLaughlin et Larry Coryell sur l’album solo de ce dernier, Spaces, ce premier effort de la part du jeune contrebassiste tchèque combine avec brio les aspects novateurs apportés par Davis sur In A Silent Way, tout en n’omettant pas le lyrisme qu’on pouvait retrouver sur Spaces justement (When Face Gets Pale) ou les futures plages « ambient » du Weather Report ou celle du Return to Forever de Chick Corea (Epilogue ou Infinite Search). L’album alterne ainsi longues plages nerveuses définissant avec précision et expérimentation (7) l’incursion du rock dans la grammaire jazz sur Freedom Jazz Dance et I Will Tell Him on You et compositions fluides et mélodiques illustrant à merveille que jazz-rock peut rimer avec finesse.

Un album méconnu d’un jeune virtuose accompagné par un all-star band à son meilleur niveau. Infinite Search ou un album à conseiller aux admirateurs d’In A Silent Way.

____________________________________________________________________________________________________

(1) Enfin exploser… concernant le bassiste Miroslav Vitous, on est loin d’atteindre les sommets de popularité d’un John McLaughlin ou d’un Chick Corea… après s’agissant d’un bassiste…

(2) Dans un second temps, anecdote totalement triviale, Miroslav Vitous en plus d’être jazzman, fut aussi un nageur de niveau olympique, ce dernier officiant dans l’équipe de natation en nage libre pour la Tchécoslovaquie en 1968.

(3) Jan Hammer surtout connu du côté des milieux comptables comme le compositeur de la bande originale de Miami Vice dont le fameux Crockett’s Theme repris quelques années plus tard sur le As Heard on Radio Soulwax, Pt. 9 des 2 Many DJ’s.

(4) Miles in the Sky et Filles de Kilimandjaro sortis en 1968 et début 1969 signant la fin du format quintette, Miles Davis n’hésitant plus à doubler voire tripler les effectifs pour un seul poste (deux batteurs voire trois claviéristes). De même, ces deux LPs voient l’arrivée d’instrument électrique : le piano, la basse électrique et même la guitare avec la participation de George Benson sur le morceau Paraphernalia.

(5) Certes, les groupes (enfin certains artistes : Santana ou Jimi Hendrix) présentés durant le festival n’ont pas influencé immédiatement Miles Davis et consorts, mais il aurait été dommage de passer sous silence la symbolique.

(6) Joe Henderson ayant fait appel à DeJohnette en 1967 pour son album Tetragon et Hancock ayant joué avec le saxophoniste sur ses deux albums précédents albums solo soit The Prisoner et Fat Albert Rotunda sorti la même année qu’Infinite Search en 1969.

(7) Bref, bien loin des effets pyrotechniques gargantuesques qu’on reprochera à juste titre au jazz-rock des années à venir.

11 commentaires:

  1. C'est bon, ça! Ca fait trop longtemps que je ne me suis pas replongé dans le jazz-rock!

    SysT

    RépondreSupprimer
  2. Dahu Clipperton02/11/2009 10:41

    Fort bien, tout ça ! Je comptais justement me pencher sur les disques solo des musiciens de Davis, faut dire qu'avec des amis, on a sévèrement bloqué sur le "Call it anything" de Miles, filmé à l'île de Wight, vu et revu plusieurs fois ces derniers jours :

    1 : http://www.dailymotion.com/video/x2njlh_miles-davis-at-the-isle-of-wight-70_music
    et 2 : http://www.dailymotion.com/video/x2nlvj_miles-davis-at-the-isle-of-wight-70_music

    Pas de rapport direct avec Vitous, mais tant qu'à parler de jazz électrique... Et je le conseille très vivement à tous ceusses zé celles qui passeront par ici (je sais pas si tu l'as déjà vu, Doc), c'est un vrai bonheur de les voir jouer, et y'a de l'authentique groove du démon à l'intérieur :o)
    (tu crois que Jarrett kiffait la pyrolyse ?) (à moins que Dave Holland...) (et pis Airto Moreira, magnifique ^^)

    D'ailleurs, justement, le jazz électrique... J'ai le sentiment qu'il a été à son apogée pendant une très courte période, une explosion, et pouffff, c'est retombé très vite derrière, c'est parti en vrille aussi vite que ça avait émergé. Les meilleurs albums du genre sont de 69, 70 ou 71, guère après, me trompje ? Dans la sphère "rock", je vois quoi... "Hot rats" de Zappa, "Third" de Soft Machine, tous deux de 70 et pis c'est tout (je mets hors catégorie la carrière solo, stellaire et ovniesque, de l'immense Robert Wyatt).

    Excuse-moi pour la digression, mais je me demandais ce que tu en pensais, tu es bien plus calé que moi sur la question ;-)

    RépondreSupprimer
  3. @ Syst & Dahu:

    Oui un jazz-rock léger et inspiré, c'est si rare...

    Je n'ai jamais eu l'occasion de voir la performance de Miles à l'ile de Wight... par contre j'ai depuis pas mal de temps sa version audio :-D
    et sur ce lien: ICI, cadeau une autre vidéo d'un live de Miles à Berlin avec encore Keith Jarrett dans ses rangs.

    En matière de Keith Jarrett sous pyrolyse (ça va rester j'ai l'impression cette expression :-P), il y a aussi le double Live at the fillmore East de 1970, le Live-Evil ou sa version complète, le coffret The Cellar Door Sessions (Live-Evil étant un montage orchestré par Teo Macero)

    Concernant le jazz électrique... y'en aurait bcp à dire... Disons qu'à l'origine Miles avait pourtant montré la voie... Alors la meilleure période 69-71? A peu prêt... disons qu'on était aux balbutiements, le jazz électrique ne s'était pas encore spécialisé et donc n'avait pas encore goûté aux stéréotypes voire carrément à la caricature qui sera sienne.
    Mais comme date symbolique, la retraite de Miles après 75 est symptomatique de l'arrêt créatif du jazz électrique... enfin disons sa période dorée, il reste toujours des exceptions... Le premier Jaco de 76 par exemple.
    C'est vrai que vu le nombre de musiciens qui ont gravité autour de Davis, il faut du temps avant de faire le tour, surtout si après on s'intéresse à ceux qui ont joué avec ses sidemen... ça devient tentaculaire... enfin avec des fortunes diverses, tout n'a pas bien vieilli, comme tu t'en doutes Dahu.
    De manière stricte, je pourrais dire que les bonnes périodes sont pour le jazz-rock 69-72 et on peut étirer jusqu'à 75 pour le jazz-funk.

    Marrant (ou triste) de constater que des jazzmen de formation se soient laissés coincer artistiquement (commercialement, c'était au contraire une bonne affaire) dans une voie sans issue... au lieu de se servir des avantages que proposait le rock, ils ont glissé rapidement vers les mêmes travers que ce qu'on peut reprocher au rock prog... étonnant. C'est l'une des raisons de mon attachement à McCoy Tyner, l'ancien pianiste de Trane, au plus fort de la popularité du jazz électrique, il n'a jamais cédé à cette facilité, ou plutôt aux facilités que pouvait proposer le jazz électrique.

    Et les rockeux touchant au jazz? Voilà, y'a Zappa et Soft Machine (même jusqu'à Fifth ça reste encore très écoutable, certes sur ce dernier Wyatt est parti mais les prestations du trio Elton Dean/Hugh Hopper/Mike Ratledge tiennent encore la corde). L'un des gros soucis (qu'on retrouve encore dans le prog), c'est qu'un rockeur qui s'acoquine avec le jazz, le fait de manière tellement austère et strict, que ça en devient dans le meilleur des cas: stérile! Ah oui, j'allais oublier, il reste quand même Magma (faut rentrer dans le trip, c'est loin d'être évident et c'est loin d'être un jazz-rock pur et dur) avec au moins ces deux là: Mekanïk Destruktïẁ Kommandöh et Köhntarkösz

    RépondreSupprimer
  4. Dahu Clipperton02/11/2009 16:20

    Ah tiens, je n'ai jamais écouté de Pastorius en solo (peut-être parce que je me disais que je serais forcément déçu, après avoir entendu ses prouesses -peu démonstratives, pour le coup- sur ce chef d'oeuvre absolu qu'est "Hejira" de Joni Mitchell).

    Et je suis prêt à signer ce que tu viens de dire, tu as très bien formulé ce qu'on peut reprocher au jazz "fusion". En même temps, Miles a couvert un territoire musical tellement vaste, que c'est dur de suivre derrière... (et je ne suis vraiment pas le genre de type qui embarquerait les sessions de "On the corner" sur une île déserte... ah, si, en fait :o))

    Quant à Magma, je dirais qu'ils sont tellement impossibles à classifier, que je les classerai dans la branche... Magma ^^

    RépondreSupprimer
  5. Rah On The Corner, un album difficile, éprouvant... c'est pour ça qu'il est aussi bon, une des plus belles réussites de Miles Davis :-)

    Magma... siiiii, ils font du Zeuhl!!! ^^

    RépondreSupprimer
  6. On the Corner, difficile? C'est marrant, mais je suis entré dedans à la première écoute. une claque. En même temps, je suis un fan de CAN et sans savoir pourquoi, j'ai toujours trouvé ce disque proche de certains titres de CAN...

    RépondreSupprimer
  7. Roh mais quelle snob cette Esther... Mais sachez que vous n'avez pas le monopole du snobisme! :-D

    RépondreSupprimer
  8. Dahu Clipperton03/11/2009 14:27

    Difficile, malgré tout, si... C'est le genre de disque qui a de quoi faire fuir l'auditeur de passage : trop répétitif, trop de couches, trop de lignes qui se finissent en queue de poisson, trop peu de trompette de Miles, et surtout trop incroyablement DENSE, étouffant si on n'y prend garde ^^
    "Black satin" est le morceau le plus approprié pour y faire "rentrer" quelqu'un, rien que pour la durée (5 minutes, au lieu des marmites chauffées à blanc sur 20 minutes et plus :o))

    Mais il y a aussi, dans les "Complete sessions" (on le trouve ailleurs, y m'semble) le faramibuleux "He loved him madly", une merveille de finesse, de douceur, qui prend le temps de se bâtir sur 32 minutes, de la pure magie... peut-être le plus beau morceau de Davis, pour moi.

    Allez, un petit lien vers un texte de KMS sur "On the corner" :
    http://kmskma.free.fr/2008/09/410-au-coin-miles-davis-mtume-take-11.html

    RépondreSupprimer
  9. Oui mais justement le Complete sessions reprend les enregistrements de Big Fun ou de Get up with it avec donc le fameux He Loved Him Madly... passe que Calypso Frelimo c'est de la soupe? :-D

    A noter que pour les fêtes de fin d'année, tu peux avoir pour 150 euros l'intégrale de Miles Davis période Columbia... pour ceux qui n'ont pas totale, ça peut valoir le coup aussi.

    Non je suis d'accord, On The Corner est tout sauf abordable... pour celui qui n'est pas un habitué des musiques "tordues". Le funk de Davis est à cent milles lieux de celui d'Hancock. Même l'album le plus barré d'Herbie Sextant passe pour de l'easy listening à côté d'On the corner
    D'ailleurs ce qui reste, enfin ce qui m'a frappé le plus sur cet album, c'est ce goût de la transe, ce rythme de batterie hypnotique pdt quasi tout l'album... un truc de dingue.
    Anecdote sinon savoureuse, tout du moins amusante (ou pas), me rappelle un vendredi soir, à force de subir le goût des autres avec leur sono à fond les ballons dans leur voiture tunées... un soir avec un pote, m'étais amusé à la sortie d'une toile à Rouen de mettre à fond On the corner les fenêtres grandes ouvertes, avec cerise sur le gâteau pour faire profiter au quartier deux passages successifs en voiture... c'est drôle les gens nous regardaient comme des psychopathes ^^...

    RépondreSupprimer
  10. What a funking dreafull blog !!! That is not music that a big shit !!!

    RépondreSupprimer