Pre-Electric Wizard 1989-1994 : Back to the roots (2006)

Dans la série des compilations qui n'intéresseront que les aficionados, après le Muchas Gracias des sieurs Kyuss, continuons à creuser le sillon du rock ultra lourd, mais teinté cette fois-ci d'un psychédélisme occulte de bon aloi, à savoir l'album Pre-Electric Wizard 1989-1994 des anglais Electric Wizard (vu le contenu du disque, j'avoue l'aspect bancal d'une telle affirmation... n'allons pas trop vite).

2006, entre deux albums studio du groupe, le label Rise Above Records ressort les anciennes démos des anciennes formations de Jus Osborn avant la création d'Electric Wizard, à savoir la démo d'Eternal Lucifer's Children de 1993, On Blackened Wings de Thy Grief Eternal datant de 1992 et enfin celle de Lord of Putrefaction Wings Over a Black Funeral de 1991. A la différence d'un Cathedral, groupe de Lee Dorian et boss de Rise Above, à l'écoute de la dite compilation, on constate que Jus Osborn bien qu'ayant toujours gravité autour de la planète doom, a mis quelques temps avant de trouver la formule qui lui sied, ses débuts étant plus proche d'un doom à consonance death (en accord à vrai dire avec le renouveau de la scène doom anglaise portée par le trio Paradise Lost, My Dying Bride et Anathema) que du doom sabbathien d'un The Obsessed par exemple.

Dès lors on comprendra tout de suite la limite d'une telle compilation, les enregistrements de formations qui se cherchent encore peuvent difficilement être considérés comme un must-have. Et le fait que la première démo choisie soit celle d'Eternal, à savoir le dernier groupe de Jus Obsorn avant la création d'Electric Wizard est tout sauf un hasard... Lucifer's Children sert en effet directement de transition avec le premier album éponyme d'Osborn & co, la reprise de Black Sabbath, Electric Funeral, faisant désormais office de ligne conductrice. Les habitués au style wizardien pourront ainsi savourer à pleine bouche cette démo de 1993. On y retrouve déjà nombre d'aspects propres à la future formation du Dorset, les samples crapoteux issus de films d'horreur, ce groove poisseux que ne renierait pas tout bon groupe de sludge (la reprise d'Electric Funeral prenant ainsi tout son sens) et puis bien sûr cette lourdeur typique et ce goût pour les formats longs (Chrono-Naut s'étirant vers les 16 minutes... la fumette étant déjà l'une des marques de fabrique du combo). A défaut d'apercevoir pour l'instant la noirceur occulte du futur Dopethrone, Eternal lance la formation sur de bons rails.

Quant aux deux autres démos, l'écart est d'autant plus grand et brutal pour l'auditeur non averti. Comme écrit plus haut, l'influence du doom-death est prégnante. Le groupe Thy Grief Eternal reprends ainsi le flambeau du Lost Paradise de Paradise Lost en 1989, un death metal aussi sombre que pachydermique (évoquant le premier EP de Cathedral pour la "vitesse" d'exécution). Pour la démo Wings Over a Black Funeral, le nom du groupe Lord of Putrefaction laisse planer peu de doute sur son contenu. Et la qualité de la prise de son de cette dernière démo n'aide en rien les quelques bonnes idées qui pourraient surgir au détour de ce death-doom très très primaire, anecdotique voire même franchement mauvais quand Lord of Putrefaction décide d'accélérer le tempo...

En somme, une compilation assez disparate, les deux premiers tiers bien que différents nous montrent un visage intéressant d'un groupe en devenir, un instantané à réserver avant tout aux fans die-hard de doom.






10 commentaires:

  1. C'est pas qu'il ne fait pas bon avoir 60 ans et être un rockeur, c'est juste qu'aucun n'arrive au-delà des 60 piges... logique, c'est une question d'hygiène de vie... Après y a des exceptions, je dis pas... :-)

    SysT

    RépondreSupprimer
  2. oui bon ça va le médecin suisse, on a droit de ne pas être objectif ;-)

    Note que lorsque j'ai appris l'âge de Lux, je fus assez surpris, je ne m'attendais pas à cet âge là, naïvement je le croyais un peu plus jeune, dommage que son coeur n'est pas tenu la cadence.

    RépondreSupprimer
  3. On a le droit de plaisanter, aussi...

    RépondreSupprimer
  4. Franchement, pour le groupe Electric Wizard, je pourrais écouter le même morceau en boucle cent fois de suite et encore me prendre à leur groove occulte et enfumé en headbangant lentement^^

    RépondreSupprimer
  5. @ Syst: nan mais je vais me vexer moi, comme si j'avais pas vu la blague... tssss :P

    RépondreSupprimer
  6. J'aime beaucoup ces funérailles électriques... Et ce son lourd "à l'ancienne" (je sais ça fait vieux con, mais j'assume).

    RépondreSupprimer
  7. note Syco que tout bon amateur de doom stoner est un petit peu vieux con sur les bords :D

    RépondreSupprimer
  8. Ah michael Dudikoff, je ne m'en lasserai jamais et surtout des american ninja.
    Pr moi, ces films sont de gros nanars mais c'est tellement mauvais et mal joué que cela en devient involontairement drôle!

    RépondreSupprimer
  9. tu feras gaffe la prochaine fois Eelsoliver, mais c'est pas le bon post ici... Michael Dudikoff c'est le précédent :D

    RépondreSupprimer
  10. Dr FranckNfurter : bon ça va tu me rassures ! ^^

    RépondreSupprimer