Pour Philippe

Pour clôturer cette semaine spéciale « fromage qui pue », voici quelqu’un qui ne laisse pas indifférent : Bashung. Ce qui est assez attachant chez ce personnage, c’est que sa discographie, bien qu’inégale, reflète quelqu’un qui est continûment a la recherche de soi-même.

Car artistiquement, il a quand même pas mal de casserole. Il a commencé fin ‘60 comme chanteur pour midinette, puis est passé par la comédie musicale, et est devenu l’agent de Dick Rivers... déjà là, c’est pas très engageant...

Mais comme bon nombre d’artistes, ce dernier a eu un choc, le post-punk, et de voir des artistes comme Joy division ou Wire, à défaut de l’inspirer directement, lui on donne une ligne de conduite, qui sera plus ou moins suivi.

Je passe sur ces premiers succès c’est pas ce qui m’intéresse, mais justement c’est l’après. En fait, il a toujours essayé de faire le grand écart entre le succès public et un aspect plus intimiste, plus casse-gueule aussi. Après, les tubes Vertige de l’amour ou Gaby, il pouvait continuer facile à aligner les chansons inspirées à la fois par le pub rock et la new-wave naissante et remplies à ras bord de calembours made in Bergman. Mais justement, il décidé de s’adjoindre les services de Gainsbarre, pour son cultissime, Play blessures de 1982...Et ce fut un bouillon au niveau des ventes, en plus a côtoyer l’ami Serge, ça aide pas au niveau des problèmes d’alcool... La tournée de cet album fut à l’avenant d’après les échos, assez particulière, les gens voulant entendre les tubes, et lui leur balançait son album invendable. Pourtant, en lisant les paroles, il fallait aussi s’y attendre, Bashung faisant le deuil de lui-même, et de sa premiere période, « Je dédie cette angoisse à un chanteur disparu, Mort de soif dans le désert de Gaby... »

Faudra finalement attendre quelques années pour que cet album ait la reconnaissance qu’il mérite, car il fait vraiment tache par rapport au paysage musical français de l’époque, froid, poisseux, malsain. Et il annonce finalement les futures pépites noires que sont Novice ou L’imprudence.

3 commentaires:

  1. Sony Barilla01/12/2006 18:48

    Personnellement, je trouve que son meilleur album c'est celui avec Gainsbourg ... D'ailleurs je ne me rappelle plus du titre du disque.

    RépondreSupprimer
  2. bah c'est celui ci, play blessure!
    euh faudrait lire le post attentivement mon garcon

    RépondreSupprimer
  3. bon moi je dis que ya du favoritisme.
    j'ai rien vu pour lolo : po de nightwish ou de tarja turunen, po de rhapsody ou de luca turilli, ni de news sur le nouvel album de loreena mckennitt...
    tssss

    RépondreSupprimer