Scott Burns

Dans nos thématiques à deux francs six sous, cette semaine intéressons nous aux producteurs, et à leurs influences sur la musique (bénéfique ou non d’ailleurs).

On va commencer donc par l’exemple type du producteur indissociable avec un style de musique, à savoir le metal extrême et en particulier à la scène death floridienne de la fin des années 80, début 90. C’est bien simple, tout les meilleurs groupes US sortis à cette époque sont de Floride, et on eu comme producteur (ce qui inclus aussi l’enregistrement et le mixage) Scott Burns (sauf Morbid Angel, faut toujours une exception). Déjà ce qui parait incroyable c’est qu’une scène extrême ait vu le jour dans cet état américain, où il fait bon vivre, comme quoi le soleil... Et puis, y’a que des vieux en Floride, c’est un peu comme la côte d’Azur, faut pas s’étonner qu’après la jeunesse soit énervée !

Alors le sieur pour faire court, à commencé par mixer le deuxième album de Death, puis ensuite, est parti pour sa première production au Brésil enregistrer un petit groupe inconnu pendant les vacances de noël en 1988 (c’était le seul à vouloir faire le déplacement et sacrifier ses fêtes de fin d’année). Apres un coup de maître avec Sepultura et leur Beneath the remains, la spirale infernale commence puisqu’il va produire les premiers albums d’Obituary, Deicide, Cannibal Corpse, Atheist, Cynic... Pour le jeune death metal maniac de l’époque, c’était une set-list très alléchante.

Alors au niveau du son et du style qu’a t’il apporté ? A vrai dire beaucoup, car le style a finalement grandi et évolué avec lui. Le death se caractérise par un son grave, épais, des guitares accordées très mais alors très basses! Une musique d’outre-tombe, donc.

Pour résumer mon propos, voici un titre du deuxième album des rubriques nécrologiques. Un de ses quatre, je reviendrais sur ce groupe de white trash, incontournable dans ce style.

4 commentaires:

  1. Alors là je prends même pas le temps de télécharger... mais bonjour quand même.
    J'ai raté le coche pour glisser quelques mots sur la reformation du Liberation Music Orchestra en 2004 et plus particulièrement du concert donné à Marciac cet été-là. Dommage! Il y avait tellement à dire. Si si vraiment. Bon alors juste pour dire du mal alors...

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  3. bonjour,

    ...ce scott burns jamais su trop quoi en penser. Il a quand même produit certains albums avec des mouffles et instaurer le son "clic clic" à la double. Pour moi "harmony corruption" est un loupé. Bref bon débuts mais uniformisation rapide obligatoire devant la masse de groupe qui se pressaient à sa porte.

    RépondreSupprimer
  4. Cher Pete,
    Merci pour ce comm', qui plus est pour un vieil article qui avec le recul ressemble plus à un brouillon qu'à un véritable post.

    On est d'accord en ce qui concerne Burns, ce qu'on retient en premier c'est son CV avant tout. Son influence sur le son death reste assez discutable (ce qui va un peu à l'encontre des propos tenus dans l'article... mais c'est vieil article aussi! J'ai changé! lol), allons du bon au très moyen (la prod "claire" du 1er Deicide est à la limite du bon goût lol)

    En ce qui concerne ND, je préfère leur période purement grind (pas fan de Barney...), soit les deux 1ers LP, jamais jeté une oreille sur Harmony donc j'ai pas d'avis sur ce "ratage"

    Après, je dois admettre aussi que les mauvaises prod des premiers albums de death US ont un certain charme, un cachet dirons-nous, cet aspect foncièrement subjectif provenant en grande partie de tout ce qui tourne autour de l'aspect old school. Mais je préfère un son relativement brouillon qu'un mur du son qui bouffe tout sur son passage. Maintenant je te l'accorde aussi, et on en revient à mon début de commentaire, Burns c'est avant tout un CV. Preuve s'il en est, le son suédois du studio Sunlight qui date grosso modo de la même période, où comment ridiculiser les yankees sur leur propre terrain si on voulait caricaturer la chose.
    Note pour finir, qu'au moins, on ne peut pas en vouloir à Scott Burns d'avoir sabordé les premiers Morbid Angel, qui eux aussi au passage, ont une prod assez particulière je trouve...

    RépondreSupprimer