Au Vent mauvais made in NYC

De manière générale, coller des étiquettes, un critique musical fait ça facilement. Vas y que je te range dans telle case... Mais si y’a bien un sobriquet qui ratisse bien large quand on veut parler de la scène rock new-yorkaise de la seconde moitié des 70’s, c’est bien le terme NY punk! Car à cette époque, au regard des groupes qui se produisaient au fameux CBGB, le terme de punk made in NY offre un éventail suffisamment large: le funk rock rêche et fourre-tout des Talking Heads, Patti Smith la poétesse du mouvement, le rock fifties teinté de disco de Blondie, l’electro déjanté et parano de Suicide ou justement le rock racé et cristallin de Television (je pourrais aussi citer les Ramones, mais comme j’aime pas…).

Tout comme leurs cousins anglais, le NY punk était à mille lieux du Rock ’n’ Roll Circus, loin de l’establishment rock, mais étant de NYC, on a droit à une démarche plus arty.

La bande à Tom Verlaine, en 1977, sort donc leur 1er album Marquee Moon. Album CULTE, et je ne sous estime pas mon propos, qui influença énormément finalement toutes les formations de rock à guitares des années à venir. La force du groupe provient de l’unité que forme ses musiciens, avec des solos lyriques excellents, nous montrant qu’il existe bien une alternative entre le destroy anglais et le rock pompier. Écoutez le morceau qui donne son nom à l’album, c’est de l’ambroisie.

PS1 : seul petit bémol, la voix de Tom Verlaine, cette dernière pourrait en rebuter quelques un.

PS2 : ce post me permet par la même occasion de rendre hommage au CBGB qui a fermé définitivement il y a environ 10 jours.

7 commentaires:

  1. Ca fait plus de 10 ans que je ressorts régulièrement Marquee Moon de Television. Quel disque !
    8 chansons au total, plutôt mid-tempo, toutes excellentes, portées par des mélodies subtiles, la voix bizarre de Tom Verlaine et par des parties de guitares incroyables. Tantôt lumineuses, tantôt sauvages, ces dernières sont d'une variété à couper le souffle, sans jamais verser dans la technique ostentatoire. Difficile à ranger dans une catégorie bien particulière, la musique de Marquee Moon est intemporelle, indémodable.

    RépondreSupprimer
  2. L'album suivant de Television, Adventure, est aussi très bon, un peu plus pop, mais moins poignant.

    RépondreSupprimer
  3. C'est très beau. Un coup de génie! Mais alors par contre pour gérer la suite il y a plus personne (même Franz Ferdinand fait mieux). J'avoue ne malheureusement pas connaitre le deuxième album, ni d'ailleurs la longue carrière de Verlaine. Mais heureusement que le bon dr FrankNfurter existe...

    RépondreSupprimer
  4. tu parles de Franz Ferdinand pour me provoquer!
    et bien non, je ne rentrerai pas dans ce debat steril, pour une fois, na!

    RépondreSupprimer
  5. Un monument ! de même que leur méconnu premier 45T "Little Johnny Jewel" (repris par Siouxsie), à rapprocher aussi du son très new-yorkais du génial "Horses" de Patti Smith.

    D'après Lester Bangs, "Marquee moon" sonne en réalité comme une sorte de revival de la période West Coast le plus psychédélique (genre Grateful Dead cuvée 68-69), mais certains critiques rapproche le jeu de Verlaine de celui de Coltrane, je ne sais pas qui a tort ou qui a raison ?

    RépondreSupprimer
  6. Revival psyché? va falloir que je me réécoute Marquee Moon alors o_O
    Concernant le jeu de Verlaine qui se rapprocherait de celui de Coltrane, l'idée est intéressante, il est vrai que Verlaine n'a jamais caché son admiration pour son sax ténor, dès lors qu'il y ait une influence sur le jeu de Verlaine, pourquoi pas? C'est à creuser.

    RépondreSupprimer
  7. Par rapport au revival psyché, l'idée est de Lester Bangs pas de moi ! ;)

    sinon je pense qu'il faisait surtout référence aux longues impros avec une guitare bourrée de vibrato, un peu comme certains trucs sur le "Anthem of the sun" de Grateful Dead.

    RépondreSupprimer