Le roi cramoisi

Difficile de choisir une chanson ou un album représentatif du Robert Fripp band. Et puis d’abord, quelle période devrait on choisir ? Les prémices du rock progressif, sa fusion avec le jazz ou le retour inespéré en 81 avec l’influence cette fois-ci de la new wave. A vrai dire, pas de choix à faire, on prend tout.

De toute façon, ce groupe est vraiment a part dans le paysage musical. Prenez le rock prog, dans le genre grandiloquent, pompeux et démonstratif, on n’a pas fait mieux (ou pire). Et bien justement ils arrivent à faire du prog sans les défauts inhérents au style. Tout cela grace a la tête pensante du groupe Robert Fripp, un anti guitar-hero, qui place l’inventivité en premier lieu et non le cote démonstratif (et dans les années 70, les guitar-heroes qui se la pétaient, ça se comptait à la pelle!).

L’album Red est le dernier avant la mise en sommeil du groupe, clôturant la trilogie commencée une année plus tôt avec Larks' tongues in aspic et Starless and bible black. Sur ces albums le groupe perdra d’ailleurs à chaque fois un de ses membres, et se retrouvera en trio en cette année 1974 avant la rupture...

King Crimson - Fallen Angel

3 commentaires:

  1. ça viellit bien, non?
    en tout cas le Robert il continu toujours discrètement son chemin exploratoire. Tellement discret que je suis pas vraiment au point depuis l'album "deconstruction of light" (ou un truc dans le genre?) et j'avoue que j'ai un peu la flemme de m'informer et puis tu raconte si bien les histoires dr franknfurter... Quid de la formation actuelle? le gars Bill est toujours dans le train? et Tony, Adrian,... ?
    En fait, depuis le concert à l'Olympia en 2000 ou 2001 (décidément c'est aujourd'hui la journée de la maladie d'Alzheimer!) qui faisait l'apologie de la saturation. Au tout début du show, quand les instruments et les spectateurs attendent les musiciens, il y a un mec qui s'amène dans le genre "vous emballez pas, je suis juste là pour vérifier 2-3 trucs". Il s'assoit au milieu des amplis et prend une guitare et fait plein de réglages et donc plein de sons bizarres. Pas de cri sauvage de l'assistance, mais le doute s'installe. C'est l'assistant-accordeur ou bien... Il a joué seul pendant 5 bonnes minutes comme ça avant qu'on se doute que le concert était commencé! Le reste du groupe s'est manifesté dans la foulée et le Robert est resté assis du début à la fin, occupé à triturer ses sons de guitare. Un jeu de scène se limitant au changement de fesse porteuse entre deux morceaux pour éviter l'escarre. Une salle rempli de quadra et quinquagénaires. Bref, un grand moment de prog!

    RépondreSupprimer
  2. euh, faudra que tu m'expliques ton pseudo Philippe...
    bramante?
    kesako?
    decu, j'avais poster un titre de Katerine en pensant que t'aurais dit un truc, rien...
    sinon concert de prog rempli de quadras, ouais bah pas etonnant.
    et encore, un concert de Yes, (il existe encore?, et oui...), ca doit etre pire...

    RépondreSupprimer
  3. ba pour Katerine j'étais vexé de la veille alors j'ai fais mon connard!! na.
    tu aimes la sf?

    RépondreSupprimer